octobre

21

Test Greedfall : Enfin un bon Witcher-like ?

Par Stommy_Cop

Quand Gohan m’a envoyé The Surge 2, j’ai eu la surprise et le plaisir de découvrir le jeu Greedfall dans le carton. Je dois avouer que je ne m’y étais pas intéressé car septembre et octobre sont des mois chargés en sorti jeux vidéo. Et on doit avouer que l’on a pas le temps de pouvoir tout faire. J’étais donc un peu perplexe face à mon planning à me demander quand j’allais pouvoir le faire et écrire un test. Et j’ai lancé Greedfall sur ma PS4 pour voir vite fait ce que cela valait et voilà qu’après plus de vingt heures dessus je vous propose de découvrir mon avis. De bon augure ?

Synopsis

Nous sommes dans un action-RPG ou tout commence à Serène, ou vous incarnez  De Sardet, neveu (ou nièce vous avez le choix du sexe) du dirigeant de la Congrégation des Marchands, qui est attendu pour prendre la mer pour Teer Fradee, une île conquise récemment. L’objectif est simple il faut trouver un remède contre la Malichore, une maladie qui éradique la population, et aider au développement de l’île. Mais la Congrégation n’est pas la seule dans la balance puisque l’île est habitée par des natifs, répartis dans divers villages, par des représentants de Thélème, une nation religieuse, par l’Alliance du Pont, des scientifiques orientaux, la Garde et les Nautes, le peuple des mers.

Des débuts prometteurs

Tout commence où on se fait peindre sur une toile et c’est surtout ce qui permet de définir votre personnage. Sexe, visage, pilosité etc… Tout y passe et rien ne manque. Viens ensuite la convocation obligatoire pour partir prendre la mer et qui vous fait tomber contre votre maître d’armes qui va voir si toutes ses années d’entraînements font de vous un vrai guerrier épée en main. Tout est excuse pour en faire un long tutoriel pour se lancer dans Greedfall avec la plupart des mécanismes et surtout du gameplay. Au final toute la ville de Sérène va servir de grand bac à sable pour tout maîtriser et cela se déroule vraiment bien, sans avoir trop la sensation d’être guidé et d’apprendre. Tout se terminera par un big boss à abattre qui nous fera dire qu’ont est pas simplement dans un jeu ou cela se passe au 18ème siècle, mais plus dans un univers à la Witcher. Très encourageant et entraînant.

Diplomatie 

Arrivé sur Teer Fradee vous aurez affaire aux tributs disséminées dans divers villages, un peuple religieux, des scientifiques et les peuples des mers. Il va falloir faire preuve de beaucoup de diplomatie au milieu de tout ce beau monde et votre jauge de réputation sera mise à rude épreuve, car chaque mauvaise décision ou fait de guerre aura un impact. Prendre parti pour une faction sera forcément contre une autre et là il faudra bien choisir ou ne pas choisir. Mais rester neutre n’est pas forcément la solution. Vous ne resterez pas seul, car dès le début vous aurez un compagnon de route que vous n’allez pas diriger, mais équiper et il faudra bien les choisir (les équipements aussi) car il feront forcément parti d’une entité et son aura pourra être importante. Chaque compagnon dans Greedfall aura sa propre histoire qu’il sera agréable de découvrir à travers des missions annexes. Et les approches dans les enquêtes et résolution des missions engendreront des risques dans votre réputation. Forcer le passage ? Éviter l’affrontement ? A vous de décider.

Choix et combats

Greedfall propose un arbre de compétences très complet (trop?), il va vous permettre de manier les armes à deux mains, de faire de la magie, apprendre à déverrouiller les coffres à parler aux gens pour les inciter à faire ce que bon vous semble etc… En gros tout est excuse pour vous aider à résoudre les missions de différentes façons. Encore à vous de faire le choix. Toute votre progression aura un réel impact sur le style de votre personnage. J’ai beaucoup apprécié cette évolution du personnage qui comme dans Witcher 3 évolue à travers ses quêtes. Le côté RPG est omni-présent dans la construction et évolution de votre arsenal et il vous faudra bien choisir (un mot bien présent) pour affronter vos ennemis même si vous ne serez pas seul dans vos combats car deux de vos acolytes seront à vos côtés pour vous épauler. A force de parade et attaque et contre-attaque ils sont assez linéaires dans l’ensemble. La panoplie de monstres et soldats est assez faible et une certaine répétition sera présente et parfois pesante, rien de nouveau au fil de l’aventure de Greedfall.

La grande aventure ?

Très loin de la durée de vie d’un Witcher 3 qui avec ses DLC table sur les 300H de jeu, Greedfall ne comptera qu’une trentaine d’heure pour ce qui est de l’histoire principale. Ce qui je dois dire est déjà pas mal. Toutes les missions nous amènent dans des aventures dynamiques est assez sympathiques et surtout qui se mélangent parfaitement. Je regrette juste qu’une fois une mission terminée elle est occultée et que l’on passe à une autre. Ce qui reste le plus dérangeant c’est au final les choix scénaristiques. L’histoire est bien écrite et donne envie de savoir la fin, malheureusement nos choix dans les dialogues n’auront pratiquement aucun impact sur la trame. Les choix restent superficiel et cela gâche un peu le plaisir de voir plusieurs fins. Greedfall reste un excellent action-RPG, ça reste une aventure sympa et une très bonne alternative à Witcher 3. Greedfall est disponible au prix de 39,99€ frais de port inclus. Ma note : 14/20

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.