septembre

08

Test Paper Mario : The origami king. Un vrai jeu d’aventure ?

Par Stommy_Cop

Mario n’est pas un personnage que l’on doit présenter, tant il est la star des jeux vidéo depuis des lustres. Tous les jeux dont il est le héros ne sont pas gagent de grands jeux, mais c’est très souvent le cas il faut l’avouer. La force de Mario et de rassembler petits et grands depuis des décennies. La licence Paper Mario est une version RPG de notre plombier préféré depuis 1996 et sa première version sur la Super-Nintendo. Ils ne sont pas tous une réussite, aujourd’hui Nintendo nous propose une nouvelle vision avec Paper Mario : The origami king. La fin du mode RPG et une vraie aventure à la place ?

Synopsis

Après avoir reçu une lettre de la princesse Peach, Mario, avec l’aide de Luigi, se rend au château. Là-bas, Mario tombe dans un piège, où des personnages du royaume Champignon faits d’origami ont commencé à envahir le Royaume. Dans les catacombes du Château, Mario rencontre Olivia. Avec son aide, Mario se lance alors dans un voyage vers cinq tapis de tissus pour délivrer le royaume Champignon et arrêter le roi Olly, le frère d’Olivia.

Prise en main

Le synopsis de l’histoire nous amène dès le départ en plein milieu de l’univers Champignon et le chateau de la princesse Peach. Cela va surtout nous permettre de faire un tutoriel déguisé dans un milieu que l’on connait tous. Cela reste bourré de clin d’œil aux anciens Mario comme Super Mario 64 avec l’entré dans le chateau et la première salle. Après de longs bavardages on sent de suite que Paper Mario : The origami king va nous entraîner dans une aventure et s’émanciper clairement du côté RPG qui colle au jeu depuis sa première sortie. L’humour n’est pas en reste et vous verra sourire régulièrement même si on sent que la cible reste pour un public des plus jeune. Pour ce qui est de l’univers papier on est clairement dedans, le mode 3D mélangeant l’origami au papier 2D est une réussite et on est aussitôt intégré.

Encre tachée ?

Tout n’est pas parfait dans Paper Mario : The origami king, et certaines phases seront redondantes et les allés-retours trop fréquents et parfois inutiles. On perd de longues minutes à se déplacer sans parler des séquences ou les dialogues sont interminables et parfois n’apporte rien à l’histoire. Il aurait été bien de pouvoir les passer que devoir les supporter. Les combats au tour par tour ne sont pas ce que j’attends d’un Mario, même en mode aventure ou simili de RPG. Vouloir mélanger réflexion et combat standard  ne fonctionne pas et ne vous donnera pas envie de les enchaîner. On vous imposera d’aligner les ennemis, qui seront éparpillés, et de choisir l’arme adéquat pour les battre. Rien de bien fun et ni d’accrocheur. Heureusement certains combats seront traditionnels, mais trop peu nombreux pour nous emballer totalement.

,

Vraiment tachée ?

Tout n’est pas à chiffonner et à jeter à la corbeille dans Paper Mario : The origami king. Le gameplay (à part les combats au tour par tour) est très sympa entre 3D et 2D avec ses boss en origami et les combats en mode aventure. Et si on rajoute cet univers si coloré avec des personnages charismatiques avec une pointe d’humour on ne peut que constater que la magie opère, car il faut l’avouer c’est difficile de ne pas aimer Mario et tout ce qui l’entoure. Et ce qui fait sa force c’est son accessibilité pour les plus jeunes et les plus anciens. Aucune prise de tête  à l’horizon et rien d’insurmontable. Et tous ses clins d’œils et références aux autres Mario sont toujours agréables quand on les reconnait et qu’on tombe dessus.

Conclusion

On est loin d’un Mario traditionnel qui va tout embarquer sur son passage et mettre tout le monde d’accord. Mais Paper Mario : The origami king a de quoi vous séduire et vous amener dans une aventure toute en couleur qui devrait forcément vous plaire. Surtout si vous êtes fan du plombier.

Ma note : 14/20

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.