Test Ghost of Tsushima : Director’s Cut sur PS5

Après avoir dévoré et adoré l’aventure Ghost Of Tsushima l’année dernière sur PS4, j’avais vraiment hâte de m’y replonger grâce à  Ghost of Tsushima : Director’s Cut disponible à la fois sur PS4 et PS5. J’ai eu la chance de recevoir un code quelques jours avant sa sortie et d’en profiter pleinement sur ma PS5. Ghost of Tsushima était clairement mon GOTY en 2020, un énorme coup de coeur. C’est l’un des jeux auquel j’ai le plus joué d’ailleurs. Même après avoir terminé l’histoire principale, j’ai profité des nombreuses quêtes et défis. En apprenant qu’une version Director’s Cut incluant du contenu supplémentaire allait arriver, j’étais clairement content ! 

Surtout qu’a travers Ghost of Tsushima : Director’s Cut on va avoir l’occasion de découvrir un ENORME contenu en terme de création. Car Jin Sakai, va nous emmener cette fois-ci sur les terres voisines de Tshushima. L’occasion de découvrir une nouvelle ile, un nouveau peuple, réaliser de nouveaux défis mais aussi débloquer de nouvelles options. En plus de ce gros DLC, la version Director’s Cut propose bien-sûr l’aventure principale mais aussi le DLC « Legends », un mode multijoueurs qui a l’époque était disponible gratuitement et nous proposait de prolonger l’aventure d’une certaine manière.

Quoi de neuf sur PS5 ? Quelques nouveautés comme l’utilisation des gâchettes adaptatives de la DuelSense, des temps de chargement très courts (- de 3 sec), une définition en 4K et du 60 FPS. Bref, de quoi profiter encore plus facilement de la richesse du jeu. Pour ceux n’ayant pas lu mon retour il y a quelques mois, je vais me permettre de faire un bref rappel.

Ghost of Tsushima : Director’s Cut : c’est beau, c’est fluide, c’est une aventure épique à découvrir

Ghost of Tsushima nous plonge dans un jeu d’action / aventure ou nous allons jouer le rôle de Jin Sakai, un guerrier samouraï qui a pour mission de libérer l’île de Tsushima des envahisseurs mongoles. Il a du taff devant lui puisqu’en plus d’être puissants et nombreux, l’île est gigantesque. On va voyager d’un bout à l’autre, découvrir la culture japonaise, découvrir des temples, des hôtels, des onsens, des lieux pour se recueillir. C’est visuellement magnifique, c’est poétique. Le gameplay est jouissif, ultra bien pensé et plus vous allez passer du temps plus vous allez débloquer des compétences et mieux le maitriser. En bonus, le jeu est doté d’une excellente bande son.

L’île d’Iki nous réserve de nombreuses surprises ! 

Vous reprenez toutes ces qualités et vous continuez l’aventure dans cette version de Ghost of Tsushima : Director’s Cut. Cette fois-ci nous débarquons sur l’île d’Iki pour une raison similaire : empêcher les mongoles de gagner cette île et de revenir en force sur Tsushima. Mais rien ne s’annonce simple. Nous allons à travers cette histoire vivre une aventure très intéressante qui va de nouveau nous montrer les démons de Jin Sakai, principalement via la relation avec son père mais aussi sa mort inévitable (?). Difficile de trop vous en dire, je n’ai clairement pas envie de spoiler. Mais comme pour la précédente aventure, c’est bourré de suspens et de rebondissements. Mon seul regret concerne la longueur de cette aventure que je juge bien trop courte. Même si encore une fois l’ile propose de nombreux endroits à explorer, des missions secondaires à découvrir et des mini-jeux à débloquer.

Une fois de plus Ghost of Tsushima : Director’s Cut reste un énorme coup de cœur. J’ai déjà envie d’en découvrir plus, mais en attendant, je vais m’amuser a débloquer tout ce qui est possible à travers cette nouvelle ile ! C’est dispo en exclu chez Playstation et je ne peux que vous conseiller ce jeu, une pépite. Ma note : 17 / 20. 

Découvrez aussi   Mon avis sur la Japan Expo 2015
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn

Réseaux

Me contacter

contact.gohanblog[at]gmail.com

 

Nos partenaires

Coque Manga

Machine à sous manga

Cours de japonais en ligne