Test du jeu GhostWire Tokyo, un voyage à Tokyo bien particulier

Quelques jours avant la sortie du jeu GhostWire Tokyo, j’ai eu la chance de recevoir une clé pour le découvrir sur ma PS5. Disponible le 25 mars prochain en exclusivité (temporaire) sur Playstation 5, le jeu est développé par Bethesda (a qui nous devons de nombreux jeux comme Fallout 76 ou Doom Eternal). J’ai tout de suite était intrigué par GhostWire Tokyo à la fois par son scénario et son gameplay. En bonus le jeu se passe en plein cœur de Tokyo, et mon côté fanboy du Japon est clairement comblé. Mais finalement Que vaut-il ? Est-ce un bon jeu d’action aventure ?

GhostWire Tokyo : un voyage à Tokyo bien particulier

Le jeu offre une reproduction de Tokyo hyper fidèle. Pour avoir eu la chance d’y être allé deux fois ces dernières années, j’ai parfois eu vraiment l’impression de reconnaitre certains endroits. Alors oui, il y a des quartiers plus connus que d’autres comme la gare de Shibuya et son immense carrefour ou encore la tour de Tokyo. Mais je parle de certaines rues ou coins. C’est hyper bien réalité et c’est vraiment plaisant. Bon l’atmosphère est bien différente pour le coup puisque la ville est désertée et menaçante.

Nous allons découvrir un Tokyo hanté, lugubre et flippant ou les Visiteurs (les ennemis) que nous allons rencontrer ne sont pas de simples apparitions. Clairement d’habitude j’esquive ce genre de jeu. Oui, je suis une flipette haha. Mais la, nous ne sommes pas dans un jeu d’horreur mais bien dans un jeu d’action-aventure avec pour fond une ambiance horrifique.

Ce monde horrible est très inspiré du folklore japonais ou des légendes japonaises. Nous allons y retrouver par exemple Kuchisake-Onna la femme à la bouche fendue, des poupées basées sur les amulettes météo teru teru bôzu… Mais aussi la présence de Yokai comme les Nekomata qui tiennent les épiceries, les Tengu qui permettent de monter en haut des buildings pour observer la ville.

Visuellement le jeu s’en sort bien mais très sincèrement, malgré l’utilisation de ray tracing ou de la technologie HDR j’ai pas trouvé ça bluffant. C’est bien réalisé dans son ensemble, mais j’ai pas trouvé ça non plus incroyable. J’ai pas eu le « whaouh » effect. Après est-ce du à l’ambiance présente ? Difficile de juger finalement. Mais comme d’habitude, jouer sur PS5 à son avantage : aucun temps de chargement par exemple. L’utilisation des gâchettes adaptatives selon les armes et les pouvoirs, retour haptique… Des petits détails qui viennent nous immerger d’une meilleure manière dans ce monde si horrible.

Nous allons jouer à travers le cors d’Akito qui se réveille en plein Shibuya alors que 99% de la population a disparu. Son histoire commence alors que l’esprit de KK à pris possession de son corps. KK (prononcé KeikKei) maîtrise le Tissage d’éther, une technique élémentaire puissante qui permet de manier de l’éther brut chargé de la puissance du feu, de l’eau et du vent pour combattre les dangereux Visiteurs. Plus le temps passe plus vous allez maitriser vos pouvoirs (via l’arbre de compétence par exemple) mais aussi maitriser les différentes armes que vous allez posséder. Je n’ai pas encore terminé le jeu mais je pense être au 3/4 de l’aventure. La durée estimée est de 15-20h en ligne droite, ce qui peut paraitre assez court en réalité. Mon petit hic concernant le gameplay reste la redondance de celui-ci.

Une purification de la ville de Tokyo

Durant les missions principales ou secondaires, j’ai eu cette impression (parfois déplaisante) de faire régulièrement les mêmes quêtes. Ce qui est dommage car l’univers est pas déplaisant. L’exploration est intéressante et pour le coup, c’est assez grand pour ne pas s’ennuyer ni tomber trop souvent sur les mêmes choses. Le bestiaire par exemple est assez riche et évolue bien en fonction de notre évolution. L’atmosphère est géniale, vous allez encore plus l’apprécier si vous aimez la culture japonaise. En bonus le jeu est proposé en japonais/anglais sous titrés français. Oui, pour ce type de jeu, c’est cool d’avoir du français en sous titres, ce n’est pas toujours le cas…

En conclusion : GhostWire Tokyo n’est pas une mauvaise surprise. Je ne m’attendais pas vraiment à ce type de jeu mais j’ai passé un moment sympa en sa compagnie et je compte le terminer pour bien comprendre et bien maitriser mon personnage. Le récit est pas inintéressant même si parfois il est un peu oublié, ça manque de vidéo de transition entre les différents chapitres. J’aime beaucoup l’ambiance, les nombreuses références et surtout la reconstitution si fidèle de Tokyo. J’ai eu l’impression de voyager une fois de plus la bas. Même si je vous rassure, c’est bien plus beau en vrai haha. GhostWire Tokyo est un jeu d’action-aventure qui j’en suis sur, et je l’espère, trouvera son public.  Ma note : 14/20. Le jeu est disponible au prix de 62€ frais de port inclus.

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Réseaux

Me contacter

contact.gohanblog[at]gmail.com

 

Nos partenaires

Coque Manga

Machine à sous manga

Cours de japonais en ligne