mai

25

Critique ciné : Détective Conan – The Scarlet Bullet

Par GohanBlog

Vous connaissez tous la licence Détective Conan, une licence mythique dans l’univers du manga et de l’animation depuis de nombreuses années. Il y a des millions de fans à travers le monde et pour notre plus grand plaisir Détective Conan – The Scarlet Bullet, débarque au cinéma dès le 26 mai prochain. Quelques infos intéressantes : le précédent opus, Détective Conan : le poing de saphir bleu ont dépassé les 9,3 milliards de yens au box-office japonais. La publication de Détective Conan, continue d’être un succès dans le Weekly Shonen Sunday. au total plus de 230 millions de volumes du manga ont été vendus dans le monde. 

Détective Conan cartonne depuis plus de 27 ans, 98 volumes commercialisés, plus de 1000 épisodes, 24 films d’animation. Braquages, meurtres et enlèvements dans un des pays les plus sûrs du monde, de brillants détectives lycéens qui proviennent des quatre coins de l’Archipel pour résoudre ces énigmes. Mais plongeons dans l’univers du film. 

Détective Conan – The Scarlet Bullet – le film d’animation en France ! 

Synopsis : Nous plongeons en plein Japon qui se prépare a accueillir les Jeux Sportifs Mondiaux (JSM), les Jeux Olympiques en gros. Au même moment, le tout nouveau train à très grande vitesse, la “balle japonaise” est le premier au monde à opérer dans un tunnel sous vide. Ce bijou de technologie japonaise, capable d’atteindre les 1000 km/h, sera inauguré à l’ouverture des JSM. Mais lors d’une fête organisée pour les sponsors des JSM, d’étranges incidents ont lieu, puis des personnalités kidnappées. Conan enquête et trouve n lien potentiel entre ces kidnappings et ceux de Boston 15 ans auparavant. 

Ce film se divise en première partie, tout d’abord une première partie qui nous plonge dans l’histoire et qui pose les bases de celle ci avec la découverte des JSM mais aussi des personnages, une partie un peu “lente” mais obligatoire pour mieux comprendre le rôle des différents personnages. Il y a bien-sûr Conan mais aussi Ran, Kogoro (son père à Ran), le corpulente Genta, Sonoko sa meilleure amie… Bref, pour ceux qui connaissent la licence, vous connaissez l’histoire derrière Conan et ses amis, pour les autres, c’est une excellent occasion de la découvrir. Personnellement, je ne suis pas le plus grand connaisseur de la licence, mais la compréhension du film est loin d’être mauvaises même quand on y connait rien ou presque. 

Comme dans le manga ou l’animé, on aurai l’occasion de voir les inventions farfelues du professeur Agasa, un génie dans son genre. Que ce soit la montre à traits d’anesthésiants, le modulateur de voix, les chaussures de puissance, les lunette spéciales ou mon préféré : le skateboard a énergie solaire. Un univers toujours aussi intéressant et intelligemment mis en place. Difficile d’ailleurs de vous parler du film sans trop vous spoiler, mais Détective Conan – The Scarlet Bullet est clairement l’occasion pour les fans français de voir cette licence pour la première fois au cinéma. Pour les autres, c’est l’occasion de découvrir une licence mythique. 

Une fois de plus il faut savoir remercier Eurozoom, artisan du cinéma indépendant qui depuis 1997 nous propose régulièrement des longs métrage d’animation japonais en France avec notamment Your Name (en 2017) ou plus récemment Lupin III que j’avais adoré. 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.