Avis manga : Rokudenashi Blues – Tome 1

C’était clairement l’une des licences que j’attendais chez Pika édition : Rokudenashi Blues. J’étais passé à côté de cette licence qui à l’époque portait un autre nom : Racaille Blues. Pourtant j’en ai souvent entendu parler, une licence culte dans le domaine du furyo (qui signifie littéralement « délinquant » en japonais). L’éditeur nous propose une nouvelle édition en inaugurant une nouvelle collection : Pika Masterpiece. Une série qui va se terminer en 25 tomes proposant quelques belles caractéristiques : nouvelle traduction, nouveau découpage, grand format (15x21cm) et 1 page couleur dans chaque tome.

Rokudenashi Blues : des bons à rien qui iront loin

Dans ce (gros) premier volume nous allons découvrir comme toujours les bases de l’histoire. Comme toujours, j’essayerais au maximum de vous spoiler ou et de vous dévoiler trop d’informations susceptibles de gâcher votre plaisir lors de la lecture de ce tome. Nous allons découvrir Taison Maeda qui se réjouit de débarquer au lycée Teiken. Maeada c’est le genre de mec qui aime pas trop qu’on le cherche, la petite racaille du coin mais qui semble avoir un très bon fond. On va vite s’y attacher croyez-moi. Ça me rappel Slam Dunk dans l’esprit finalement.

La jolie frise formant les 25 tomes de Rokudenashi Blues

Maeda est accompagné de ses deux potes Katsuji et Yoneji, qui lui voue un respect éternel (et dès ce premier volume nous découvrons pourquoi). Mais l’histoire s’enchaine vite, le rythme s’accélère rapidement quand on comprend qu’une embrouille existe entre le groupe des supporters et le club de boxe. Bien-sûr, Maeda n’hésite pas une seconde à s’y intéresser de très près, de trop près même si vous voyez ce que je veux dire.

Mais difficile de se faire respecter quand un bordel aussi immense que celui-ci existe. Surtout que Hatanaka, le capitaine du club de boxe qui avait été exclu revient au bahut… Une certaine rivalité entre Hatanaka et Maeda va rapidement se créer. Deux profils similaires : des beaux gosses, des personnes respectés par leurs bandes mais surtout des gars très puissants !

De Racaille Blues à Rokudenashi Blues

D’ailleurs, on va pouvoir assister très rapidement à un duel les opposants puisque Maeda décide de monter sur le ring pour l’affronter. Lui qui est si fort dans la rue, va t’il se faire démonter sur un ring ou certaines règles sont imposées ? Entre temps nous allons découvrir également Chiaki, une jeune fille qu’il semble connaitre et plutôt bien apprécié malgré ce qu’il souhaite laissé paraitre… Mais j’aurais l’occasion d’en parler dans d’autres articles, j’en suis persuadé !

Visuellement, encore une fois je ferai rapidement le parallèle avec Slam Dunk. Un trait incisif, précis, des zooms sur le visages (ou les protagonistes font souvent des têtes très drôle), mais une jolie façon de découper le récit. C’est assez « vieillot » dans le style mais ça reste agréable à lire clairement. Le rythme est bon dans Rokudenashi Blues. J’ai eu du mal a m’y mettre pour deux raisons : le tome est hyper épais et l’air de rien, c’est pas super pratique. Mais la seconde raison elle concerne le nombre de personnages. Ils sont nombreux, certainement secondaires, mais difficile de tous les garder en tête. En tout cas, la découverte est cool et j’ai bien envie de continuer l’aventure !

Quelques planches (tome 1) :

Rokudenashi Blues – Auteur : MORITA Masanori – Éditeur : Pika édition – Type : Shonen

Chaque tome est disponible au prix de 16 € frais de port inclus. Ma note pour ce tome : 16/ 20

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Réseaux

Me contacter

contact.gohanblog[at]gmail.com

 

Nos partenaires

Coque Manga

Machine à sous manga

Cours de japonais en ligne