juillet

20

Test WRC 5, une sortie de piste

Par Ippo56

Informations sur le jeu
Achetez-le

MMMmmmmmpf… Voilà… Quelque part je pourrais m’arrêter là pour ce test, mais ce ne serait pas fair play… Alors je vais essayer de vous donner une traduction à cette petite détresse après avoir passé quelques (looooongues) heures sur ce WRC 5.

Sur le papier, tout y est ! C’est un WRC, le nom le plus adéquat à un jeu de rallye et effectivement les licences sont là pour faire plaisir aux puristes (même s’il faut le préciser, les rallyes sont officiels, mais pas les tracés !) et pourquoi pas attirer les noobs du genre ? Mais au final, ça ne suit pas et en comparaison avec ses concurrents, ce WRC 5 est très, mais TRÈS à la bourre et est loin de terminer sur le podium …

test WRC 5

Whaouh c’est beau … (ah c’est un artwork ?!)

Le menu est on ne peut plus simpliste, solo, multi, de la bidouille, et c’est tout… Et que nous propose le petit bichon ? Commençons par le multi local et en ligne. Pas de quoi s’éterniser, vous jouez seul avec votre rouleau de sopalin, ou vous vous mesurez aux irréductibles qui restent fidèles à la licence (j’ai compté, ils sont 7…). Le solo reste au final la meilleure solution, ce qui est plutôt dommage pour un jeu orienté multi qui propose pas mal de trucs sympas ! Des classiques qui fonctionnent toujours, mais sabordés par des défauts inexcusables en 2016, nous y reviendrons…

Spéciale Rapide, Rallye Rapide, Carrière et Ecole de Rallye… Voici les quatre modes proposés par ce solo boitillant. L’Ecole de Rallye, pas de secret, vous apprend à la manière d’un Gran Turismo 2 ou d’un PGR comment avancer sur la route, comment prendre vos virages en suivant de jolies lignes vertes, jaunes, rouges, le tout à la vitesse d’un monte-escalier Stannah…

Avis WRC 5Ah bah oui c’est plutôt ça le rendu finalement

La Spéciale Rallye vous propose de jouer chacune des spéciales du jeu, au nombre de 65, réparties sur les 13 Rallys, au moment de la journée que vous voulez (aube, midi, crépuscule), en choisissant le temps (ensoleillé, nuageux, pluvieux) et surtout, en choisissant votre équipe/voiture parmi 13 pilotes et co-pilotes, et la catégorie (WRC, WRC-2, WRC-J). Le mode Rally Rapide vous propose, comme le mode précédent, de vous essayer aux épreuves en mode « no pressure », mais cette fois-ci, aux Rallyes eux-même…

Et enfin le mode carrière ! Aaah ! En voilà une idée “qu’elle est bonne” ! Tout y est pour faire un truc sympa ! L’Ecole de Rally qui vous permettra de signer dans une petite écurie et 3 (Courtes…? Longues…? On sait pas… On sait plus…) saisons durant lesquelles vous vous battrez contre vos adversaires et contre la lassitude pour devenir champion WRC ! Réparations, pénalités, tactiques, il y a de l’idée ! Mais voilà, tout ça, c’était avant le drâme…

WRC 5 PS4

Et nous y voilà… La traduction de mon « MMMmmmmmpf… » de début de test. Ce jeu est tout bonnement et tristement bâclé et à la ramasse visuellement et d’un point de vue des sensations ! Quel que soit le moment de la journée, c’est la fête de l’alliasing ! Ça brille de partout, c’est abusé ! C’est simple, si au lieu de la voix horripilante du Co-Pilote, qui rappelle d’ailleurs beaucoup trop le répondeur du Service Client EDF, vous aviez du Disco, on se croirait presque dans un clip de Boney M! Heureusement, le travail effectué sur les sons de moteurs est là pour relever le niveau… Et ce n’est pas fini ! Le clipping ! Gérard Majax et Harry Potter n’ont qu’à bien se tenir ! WRC 5 fait apparaître la moitié du décor à chaque mètre parcouru ! Même après plusieurs heures passées derrière son volant (enfin son PAD) on est encore surpris pour ne pas dire choqué de voir des buissons, des rochers, sortir de terre en toute normalité… Impressionnant…

1444403385-6125-capture-d-ecran

Vous en voulez encore ? Allez, soyons fous ! Le scrolling horizontal ! Alors là, mon préféré… Dès mes premières armes sur ce jeu, jusqu’à ce soir encore, je n’ai jamais pu m’enlever Out Run de la tête… (Je laisse aux plus jeunes le loisir de taper ce jeu sur YouTube histoire de vous faire une idée, mais ne vous y méprenez pas, à l’époque, Out Run était ultra fun, et surtout était une performance graphique). Sans parler des arbres qui, sur certaines maps, rappellent Canal + sans abonnement un premier samedi du mois ! Quant aux sensations, je m’attarderais dessus au moins autant que les programmeurs pour les rendre réalistes, attention, trois, quatre: « Ouais, les vibreurs vibrouilles quoi… » Voilà.
Autre déception, les dégâts visuels… On parle bien de Rally non ? Oubliez tout de suite les images que vous avez à l’esprit, ici vous perdrez au mieux les pare-chocs, vous tordrez un capot, vous salirez votre carrosserie, au pire vous roulerez sur un petit caillou, qui vous fera peut être craindre que votre voiture se retournera et terminera sa course dans un fossé ou un lac après un certain nombre de tonneaux, mais que nenni ! Vous ferez quelques mètres sur deux roues, à la manière d’une vieille cascade à la Gendarme de St Tropez et c’est tout ! Car même lorsque votre voiture s’emballe et file dans le décor éloigné, hop ! Disparition et retour sur la route plus vite que votre démarrage ! D’ailleurs, petit point qui doit être soulevé et que je pose directement aux programmeurs, comment peut-on se retrouver à galérer à 10 ou 15m de la route, entre 3 arbres, 8 feuilles et 5 crottes de nez et être remis sur la route parfois même avec une pénalité, pour avoir “coupé” la route lors d’un virage en épingle par exemple ??? Ça se joue au millimètre d’un côté, et de l’autre, on perd 20 secondes à revenir du fond du décor !!!

1440511131-858-capture-d-ecran

Parlons-en du décor, lorsque l’on roule lentement, en reprenant le contrôle de son véhicule par exemple, on envole tous les panneaux et les filets sans rien sentir, par contre, lorsque l’on blinde à 150 km/h et que l’on se fracasse la mouille dans un…petit buisson (…), le véhicule est stoppé net !!! Sans même casser une branche ou secouer les feuilles ! J’ai mal à mon réalisme. Je ne parlerais pas non plus des spectateurs Playmobils, immobiles et inexpressifs, des hélicoptères figurants ou des barrières indestructibles… Je pense qu’il vaut mieux arrêter là les frais, c’est cher payé pour un jeu qui avait tout de même au départ d’autres prétentions…

Car c’est bien ce qu’il semble être ! Un jeu qui promettait pas mal de choses pour tous les fans du genre, aguerris comme débutants. WRC 5 fait preuve de beaucoup, beaucoup trop de faux pas et de défauts pour imaginer atteindre ses éventuels objectifs. Dommage, seuls les joueurs ne prêtant aucune importance au rendu visuel, sonore et étant aussi funs qu’une lampe de chevet IKÉA y trouveront leur compte, les autres, courage, fuyez !

Une réponse à “Test WRC 5, une sortie de piste”

  1. Stommy_cop dit :

    Ah ouais tu m’avais pas menti ippo56 sur le retour du jeu :-P.

    Merci de m’avoir évité de l’acheter !

    A éviter d’urgence.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *