Test : The Chant. L’horreur des sectes et c’est dans la chanson.

Je suis assez fan, même beaucoup je dois dire, des survivals-horror. Le dernier en date n’est rien d’autre que le cultisme Resident Evil Village. C’est donc tout content que j’ai reçu The Chant. Les jeux du style survivant sont souvent orientés vers l’apocalypse. Ici au vu du synopsis on se rend compte que nous sommes plus dans un univers à la Lovecraft. C’est surtout le bestiaire qui nous donne cette impression visuelle. Au delà de cet univers pesant, c’est surtout l’histoire qui se concentre sur le monde des sectes. De mémoire c’est bien la première fois que je vois un jeu vidéo parler de ce sujet. Toutefois, ce n’est pas gage de réussite.

Synopsis

Une paisible retraite spirituelle sur une île se transforme en cauchemar psychédélique. Levez le voile sur les mystères d’une secte des années 70 et survivez à l’Obscurité. Vous incarnez Jess qui s’enrôle dans une secte ou sa sœur y aurait trouvé la mort suite à une cérémonie. Vous allez vite vous retrouver encerclé par des forces obscurs qui feront tout pour vous empêcher de trouver la vérité.

Premières impressions

Après une visite du futur ou nous voyons Jess essayer d’échapper à des créatures maléfiques, on se retrouve dans le présent avec le début de l’aventure. Cette intro fait très Hollywood et c’est assez cool. Nous intégrons rapidement la secte ou la sœur de Jess est décédée. Un cadre idyllique sur une île paradisiaque. Cependant, nous allons vite rencontrer des membres farfelus et vite comprendre que tout ne tourne pas rond. Néanmoins j’ai été surpris de la rapidité ou on plonge dans le cauchemar. C’est tellement beau et calme au départ que j’ai été surpris de tomber dans l’horreur. La visite des lieux servant de tutoriel et cela reste bien fait. Toutefois je garde en mémoire cette claque d’arriver aussi vite dans l’obscurité de The Chant.

Gameplay

C’est un des points que j’ai beaucoup aimé dans The Chant. Le gameplay n’est pas comme les autres jeux de survie. En même-temps il faut avouer qu’il ne vous fera pas sursauter. Cependant, la survie dans l’obscurité reste essentielle. Concernant le gameplay, The Chant se repose sur trois principes de gestion. Le mental comme la santé physique et la spiritualité. Le mental de Jess sera mis à mal et en cas de crise de panique impossible de combattre. Il faudra fuir pour redescendre en pression. Je vous fait grâce de la santé physique. Toutefois la spiritualité vous permettra de restaurer votre mental et aussi de gérer vos compétences. La gestion de ces trois mécaniques sera essentiel pour la survie de notre héroïne.

Dans The Chant vous pouvez oublier les armes traditionnelles. Pas de pistolet et encore moins de lance roquette. Cependant pour combattre un bestiaire inhabituel comme des hommes masqués ou à la tête de bélier, des plantes, des gros crapauds, vous aurez votre arsenal personnalisé. Le fouet incandescent, un bâton de sauge pour repousser les insectes et retrouver de la spiritualité. Mais également des objets comme le sel, de l’huile essentielle ou du pétrole qui peuvent être lancés ou laissés au sol comme des pièges. Vous pouvez étourdir, ralentir ou même enraciner ces monstres. Un gameplay vraiment unique.

C’est comment ?

Toutes ces nouveautés dans le gameplay et des graphismes qui font le job pour un jeu AA, font de The Chant un jeu très agréable. Cependant, même si on le classe dans le survival-horror nous sommes plus dans un jeu d’action aventure. Une partie d’exploration pour survivre sera essentielle. Les dialogues auront un impact sur la fin du jeu. Toutefois, j’aurais aimé que cela change la narration et les aides qu’on pourrait recevoir des uns et des autres. Néanmoins, l’aventure est prenante et les révélations sur la mort de la sœur de Jess reste l’objectif premier. Le petit point noir reste les combats ou les esquives sont ridicules et la gestion des dégâts absentes.

Conclusion

Pour conclure, The Chant, pour une nouvelle licence, a de bonnes bases de départ. Il reste des éléments perfectibles. Néanmoins, l’ensemble prend bien et nous donne un jeu obscur ou remettre la lumière sera important pour le joueur s’il veut finir le jeu. Ma Note : 16/20

Découvrez aussi   Test et avis Just Dance 2014
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn