Test : Saints Row. Le reboot qui redore le blason de la licence ?

La licence Saints Row était peut-être le meilleur GTA-like disponible ces dernières années. Et voilà que Koch media, enfin Plaion, édite un reboot de cette série culte pour de nombreux fans. Le dernier jeu joué au blog était Saints Rows IV. Et il faut dire que Gohan avait été emballé à l’époque. Depuis on avait eu droit à des versions HD et remake par forcément folichons. L’annonce d’un reboot sur la dernière génération de console avait de quoi faire une petite hype. Néanmoins, il faut toujours rester prudent. Un grand abattage médiatique sur la sortie du jeu a eu lieu. Il est pratiquement impossible que vous ayez raté son annonce. De quoi vous lancer dans l’aventure ?

Synopsis

Vous incarnez le futur boss. Aux côtés de Neenah, de Kevin et d’Eli, vous formez les Saints et vous attaquez aux Panteros, aux Idoles et à Marshall en étendant votre empire dans les rues de Santo Ileso pour en prendre le contrôle. Dans le fond, Saints Row retrace l’histoire d’une start-up, sauf que les Saints opèrent dans le crime.

Premières impressions

Je dois avouer que mes débuts dans Saints Row, j’étais mi-figues mi-raisins. En effet, les graphismes m’ont un peu surpris. Je m’attendais à prendre une claque visuelle et malheureusement, ce n’étais pas le cas. Loin d’être moche, cependant très inégal suivant les endroits visités. Néanmoins, j’ai ressenti le fun dès les premières minutes et les tons humoristiques et loufoques sont bien présents. Et rien que la partie personnalisation de votre « boss » vous fera passer un long moment dessus. Et pas parce que c’est mal fait, mais tout simplement par ses possibilités pratiquement illimitées. J’ai adoré pouvoir mettre une courge sur le sexe. C’est tellement improbable.

Graphismes et gameplay

Comme dit plus haut, Saints Row n’est pas la claque visuelle que j’attendais. Néanmoins, cela reste propre et un vrai travail a été fait par rapport aux dernières éditions. Mais j’ai du mal à comprendre sur PS5 devoir voir du clipping ou même un certain décalage dans l’apparition des éléments du décor. Que tout ne sois pas beau voir irrégulier, je peux le comprendre quand c’est au détriment du technique. Cependant sur cette génération next-gen cela reste anormal. J’espère que des patchs vont faire évoluer tout cela. Les premiers correctifs sont arrivés et beaucoup de bugs ont été corrigés dans Saints Row.

Dans le gameplay on a bien sur la possibilité de voler tous les véhicules, mais vous pourrez aussi débloquer des compétences, en mode RPG, pour votre boss. Et vous pourrez choisir chaque action selon le bouton de votre choix. Une pléthore d’armes seront à votre disposition également. Vos véhicules pourront être customisés à votre guise, mais cela ne jouera pas sur leur maniabilité. Nous avons d’ailleurs une conduite très arcade qui personnellement me convient très bien. Et j’adore le principe de pouvoir taper par la gauche ou par la droite avec son véhicule un autre véhicule tel fast and furious. Les phases fusillades sont un vrai défouloir et comme tout jeu de ce style, assez répétitif.

C’est comment ?

Saints Row c’est surtout du délire et du fun. De ce côté là, c’est totalement réussi il faut le dire. Le côté arcade est franchement assumé et permet de ne pas se prendre la tête. Et il ne faut pas oublier le monde OnLine qui permet de jouer en coop à deux. Je ne peux que vous conseiller de jouer avec un pote. Ça va rendre les parties encore plus débiles. Plus c’est débile, plus c’est fun. La ville de Santo Ileso, très inspirée de Las Vegas, nous donne des paysages parfois désertiques tel un western ou le centre ville bien vivant. Un bon mixe entre les deux. Voulant être un baron du crime l’enchaînement des missions vous apportera en ligne droite une durée de vie de presque 20h. Cependant, avec tout ce qu’il y a, à faire, vous y passerez beaucoup plus de temps. Moi j’ai beaucoup aimé Saints Row et j’y retourne par moment avec plaisir.

Conclusion

Saints Row est loin d’être parfait, cependant, on prend beaucoup de plaisir à y jouer et encore plus en ligne avec un pote. Souvent annoncé comme un GTA-like, il n’en est rien et il prend son propre chemin. Et c’est une très bonne chose. Ma note : 15/20

Découvrez aussi   Test : Endzone – A World Apart. La simulation ultime sur console ?
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn