octobre

26

Test Metroid dread : Le meilleur épisode de Samus Aran en 2D ?

Par Stommy_Cop

Cela fait déjà plus de 4 ans qu’on attend un nouveau Metroid. Je devrai même dire depuis plus longtemps car Metroid Samus returns était un remake. Concrètement, j’avais râlé de ne pas avoir un nouvel épisode de la série. Cependant j’avais adoré ce que nous avait proposé Nintendo. Aujourd’hui débarque Metroid Dread la suite directe du fameux remake de la 3DS. Une vraie continuité dans le scénario et une belle évolution dans le gameplay ? Je peux vous dire que c’est un énorme coup de cœur.

Synopsis

20 ans après les événements de Metroid Fusion, les parasites X semblent avoir disparu. Cependant, la Fédération Galactique reçoit une mystérieuse transmission indiquant la présence de ces parasites sur la planète ZDR.La Fédération envoie alors les E.M.M.I. (Explorateurs Mobiles Multiformes Interplanétaires), un groupe de robots ultra perfectionnés chargés d’enquêter sur ZDR ; mais peu après leur arrivée, les E.M.M.I. cessent d’émettre et disparaissent.La chasseuse de primes Samus Aran décide à son tour d’enquêter sur cette affaire. Elle se retrouve alors sur une planète ZDR hostile où les E.M.M.I. se sont transformés en puissantes machines à tuer presque invincibles qui vont alors la traquer dans les moindres recoins de la planète.

Première impression 

Après une cinématique qui nous remémore la fin du dernier épisode sorti il y a 20 ans on se lance dans l’aventure directement. Mis à part des graphismes qui nous démontre la puissance de la Switch, la première chose qui frappe dans Metroid dread c’est bien son gameplay. Je dois dire que c’est d’une fluidité à toute épreuve. Samus répond au doigt et à l’oeil. C’était un léger reproche qu’on pouvait avoir. Notre héroïne n’était pas toujours des plus à facile à diriger. Néanmoins cela n’avait jamais gâché l’expérience du jeu. Nous avons donc entre les mains une sensation de grand jeu avec tous les ingrédients d’un très bon Metroid.

Graphisme et gameplay

Comme dit plus haut, le gameplay de Metroid dread est juste exceptionnel. Samus réagis à la moindre pression d’une touche et sera même limite trop rapide. Cependant, même si le gameplay évolue nous restons pratiquement sans surprise dans le jeu. Samus va posséder de nouveaux pouvoirs pour nous aider à traverser des zones de plus en plus difficiles. Metroid n’a jamais été une licence qui te met une claque visuellement. C’est des jeux propres mais sans plus. Cependant Metroid dread débarque sur la Nintendo Switch et avec des graphismes qui sont vraiment à la hauteur. Les arrières plans sont détaillés et surtout vivant. Les ennemis sont vraiment bien détaillés et les boss sont immenses prenant plus de la moitié de l’écran. Un régal.

Tension

Une chose que vous allez vite sentir c’est la pression dans Metroid dread. Tout y est fait pour la ressentir. Se faire pourchasser par un E.M.M.I. à travers  les labyrinthes et leur zone respective. Mais ce n’est pas tout, car la musique va également jouer un rôle prépondérant dans votre sensation d’oppression. Chaque changement de sonorité va vous faire transpirer et vous rendre les mains moites. Le stress est vraiment un moteur dans Metroid dread et va vous faire aimer d’être totalement tendu. L’ambiance est clairement oppressante et nous plonge littéralement  dans l’aventure. La difficulté du jeu est aussi délicate est vous devrez bien vous accrocher pour battre les boss et résoudre les énigmes pour progresser et découvrir les passages qui vous permettront d’avancer dans l’histoire.

Conclusion

Metroid dread est clairement pour moi le meilleur jeu de la licence. Sur tous les niveaux il surpasse ses aînés. 20 ans d’attente pour avoir ce bijou nous ferai presque pardonner Nintendo de l’attente. Cependant la difficulté pourrait rebuter certains joueurs. Mais franchement accrochez-vous ça en vaut le coup. Gros coup de coeur. Ma note : 19/20

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.