avril

26

Test : Masters of anima Pikmin, vous avez dit Pikmin ?

Par Stommy_Cop

Informations sur le jeu
Achetez-le

Masters of anima est le genre de jeu idéal pour la Switch. Ce style de jeu ou un grand écran n’est pas nécessaire et ou la version portable de la Nintendo prend tout son sens. Pas besoin d’en prendre plein les yeux pour avoir du plaisir de jouer. Développé sur toutes les plateformes quand Gohan m’a proposé ce jeu, j’ai donc choisi la version Switch au vu du style de MOA (Masters Of Anima) pour pouvoir en profiter partout en déplacement. Et je dois avouer que j’ai visé juste, car j’ai autant apprécié sur ma télé que sur l’écran de la console. Me voilà donc lancé dans la quête du pouvoir ultime de l’anima.

Synopsis

Comme dans tout jeu (ou presque) il faut bien un synopsis pour l’histoire. Masters of anima ne déroge pas à la règle, mais je dois avouer que le scénario est vraiment mit de côté pour se concentrer sur l’aventure elle-même. Donc vous incarnez Otto, un apprenti maître de l’Anima, capable de contrôler les pouvoirs sans limite de cette puissante magie source de toute vie dans le monde de Spark. Vous convoitez le rang de Maître de l’Anima, dans l’unique but de pouvoir enfin demander la main de votre bien-aimée, Ana, captive du terrible Zahr et des redoutables Golems à ses ordres.

L’anima… tion et graphimes.

Après une petite heure de tutoriel très importante pour comprendre le gameplay et les combinaisons de touche on rentre dans le vif du sujet de Masters of anima. On va enchaîner les énigmes et les combats avec des animations de lumières qui sont vraiment sympa sans être extraordinaires. Les décors restent sans vie, mais très colorés et les textures sont lisses voir douces. Les graphismes sont propres et trompeurs, car ils font enfantins et le jeu lui, est loin de l’être, car la difficulté est bien présente. La gestion des gardiens (j’en parle dans le paragraphe suivant) et toujours servi par une petite animation de lumière qu’Otto va générer avec son bâton.

Les gardiens de la galaxie.

Les gardiens sont les éléments essentiels de Masters of anima. C’est simple sans eux il n’y aurait pas de jeu ou alors il serait totalement différent. Car Otto tout volontaire qu’il peut-être est très faible et ne tiendrai pas 10 secondes dans un combat. Et ce n’est pas avec son bâton de Gandalf qu’il pourrait terrasser les ennemis. En revanche, il peut s’en servir pour invoquer ces fameux gardiens pour les commander comme bon lui semble. Un air de Pikmin pour ceux qui connaissent qui n’est pas sans déplaire. La gestion de ces sbires sera cruciale dans les combats, car c’est eux qui vont se battre pour Otto. Dans le tutoriel vous en aurez que deux sortes, mais au fil de l’aventure vous en aurez cinq sortes différents et vous allez même pouvoir en invoquer jusqu’à cent (chapeau pour la Switch qui ne subit aucun ralentissement malgré le nombre sur l’écran). Le choix du gardien sera primordial pour chaque action. Entre les archers, les protecteurs les sorciers etc… Chacun ayant bien sûr ses avantages et inconvénients. Et pour les invoquer il faudra collecter de l’anima (boule d’énergie) en quantité suffisante et il faudra bien choisir, car ce n’est pas illimité.

Les combats et difficulté.

Sous ses airs bon enfant Masters of anima se révèle être assez coriace. Il va vraiment falloir bien analyser les boss et mini-boss pour utiliser les gardiens adéquats et espérer les vaincre du premier coup. Chose qui va vite se révéler assez difficile à réaliser. Chaque combat gagné vous donnera une note de S à D et plus vous avez une bonne note plus vous gagnerez de l’XP pour améliorer vos gardiens et Otto. Ce cercle vicieux ^^. On arrive assez vite à comprendre et anticiper les attaques des vilains pas beaux, mais pour avoir la meilleure lettre de notation il va falloir être bon dans la bataille. Les énigmes ne sont pas des plus difficiles et elles ne devraient pas vous bloquer plus que ça.

Conclusion.

Masters of anima est clairement une réussite est une très bonne surprise. C’est le genre de jeu ou tu peux revenir dessus après l’avoir mis un peu de côté (sauf si tu as des soucis de mémoire et que les combinaisons de touches te reviennent pas). J’y passe encore de bons moments dans mes déplacements professionnels et foi d’Otto je vais la sauver ma future femme !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *