avril

25

Critique cinéma : Taxi 5, faut il passer la sixième ?

Par Stommy_Cop

Après un catastrophique quatrième opus la France entière a surement était d’accord pour dire que Taxi 4 était l’épisode de trop déjà le troisième frôlait le désastre. Après 11 ans de silence voici Taxi 5 qui débarque sur nos écrans. Après une très bonne promo, des bandes-annonces alléchantes cet épisode me titillait. Mais, n’avions nous pas tout vu justement dans ces B-A ? J’avais quand même un peu peur du résultat et de me faire chier pendant plus d’une heure et demi. Mais bon, comme c’est Gohan qui m’offrait la place je ne risquais pas grand-chose (j’attends toujours le remboursement d’ailleurs, c’est long les transactions bancaires…).

Synopsis

Alors c’est un taxi blanc qui fait vroum vroum se transforme (pas en robot faut pas déconner) et qui va très vite. Voilà on passe à la suite ? Plus sérieusement, Sylvain Marot, super flic parisien et pilote d’exception, est muté contre son gré à la Police Municipale de Marseille. L’ex-commissaire Gibert, devenu Maire de la ville et au plus bas dans les sondages, va alors lui confier la mission de stopper le redoutable « Gang des Italiens », qui écume des bijouteries à l’aide de puissantes Ferrari. Mais pour y parvenir, Marot n’aura pas d’autre choix que de collaborer avec le petit-neveu du célèbre Daniel, Eddy Maklouf, le pire chauffeur VTC de Marseille, mais le seul à pouvoir récupérer le légendaire TAXI blanc.

La cinquième passe bien ?

Répondons tout de suite, c’est un grand oui. A ma grande surprise. Déjà le film avait encore la plus grande salle à sa disposition première surprise mais, cela annonce un public toujours présent pour le voir malgré certains films sortis le mercredi (comme les agents municipaux). Je m’installe dans mon fauteuil et je vois la salle se remplir un vendredi à 20h qui n’est pas la grosse affluence par chez moi. C’est donc une salle remplie à 70% (oui j’ai un algorithme qui calcul) qui se projette dans le film. Et les premières minutes nous mettent dans le bain. Moins de cinq minutes de film et la salle rigole déjà, c’est cliché, c’est clin d’œil mais que c’est drôle ce début. Et ça enchaîne pendant plus d’une heure et demi sans répits, sans passage à vide. Bourré de référence aux autres taxi et acteurs, à la série plus belle la vie même au film bienvenue chez les ch’tis. Le taxi est vraiment bien exploité et n’est pas cette voiture imbattable qui peut tout battre. En revanche, par moment on ne ressent pas la vitesse mais c’est très rare. Ce Taxi 5 est une ode à Marseille, une vraie déclaration d’amour à la ville. Les plans sont splendides. Ce nouveau duo trouve son rythme et une mention spéciale à Malik Bentalha qui est vraiment dans son rôle et nous fait bien rire.

Alors on passe la sixième ?

On craint toujours de tomber sur une suite mal faite, la suite de trop, la suite moins bien que le premier mais, au vu de ce Taxi 5 on peux espérer un 6 sur un bon rythme qui gardera cet esprit qu’avait le tout premier opus. J’ai passé un super moment sans pour autant avoir la comédie de l’année mais, ce qui compte n’est-ce pas justement de passer un bon moment ? ) Ma note : 15/20

 

Une réponse à “Critique cinéma : Taxi 5, faut il passer la sixième ?”

  1. Lea dit :

    J’ai regardé uniquement le premier « Taxi ». Je n’ai pas été intéressée par les suites. En ce qui me concerne, je n’aime pas les films français. Les acteurs ne sont pas doués.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.