avril

28

Test Final Fantasy VII Remake : La huitième merveille du monde ?

Par Stommy_Cop

29 octobre 2019, veille de la PGW 2019, me voilà invité dans un grand palace parisien pour y tester pour la première fois en France à Final Fantasy VII Remake (FFVII) et plus particulièrement au premier chapitre mettant en scène la destruction du premier réacteur mako de l’aventure. Et dès les premières minutes, que dis-je les premières secondes, j’ai pris une claque monumentale. L’effet wahou vous voyez ? FFVII était là. Il me restait plus qu’à attendre la sortie pour le faire entièrement. Et voilà qu’enfin le 10 avril 2020 pointe le bout de son nez et qu’arrive ce petit bijou. Déjà conquis ?

Synopsis

Dans Final Fantasy VII Remake le monde est sous le contrôle de la Shinra, une compagnie hégémonique qui produit de l’énergie en exploitant la “mako”, l’énergie vitale de la planète. Cependant, à Midgar, la mégalopole où siège la compagnie, des résistants d’un groupe appelé Avalanche se battent pour arrêter la Shinra. Pour les aider dans leur mission, ils ont engagé les services de Cloud Strife, un mercenaire ancien membre des SOLDATs, les troupes d’élite de la Shinra, qui ne se doute pas encore des terribles conséquences de ce combat…

C’est vraiment culte ?

La question mérite de se poser tant Final Fantasy VII à sa sortie à cassé les codes. Il faut savoir qu’à l’époque les jeux vidéo commençaient juste à devenir plus adulte. Ont sortait de la génération 16 bits avec les Snes et Megadrive et la Playstation a débarqué avec son Resident Evil sanglant et il y a eu un avant et un après clairement. FFVII a fait partie de ses jeux vidéo qui ont traumatisé toute une génération de joueur. Au-delà de ses 4 CD et de sa durée de vie jamais vu c’est son scénario et mise en scène qui en ont fait un jeu culte. D’ailleurs je vous en parlais il y a quelques jours et je ne peux que vous conseiller de regarder le Coroner qui en parle bien mieux que moi et de l’épisode sur Youtube (qui dure que 8 minutes) qui parle de FFVII et de son impact. Et tant qu’à faire abonnez vous car franchement cette chaine est vraiment top. En même temps si tu n’as pas connu Final Fantasy en 1997 ou plus tard (et même si tu as connu) vas regarder l’épisode pour te préparer, car même si cela spoil FFVII rien ne dit que cela te spoil Final Fantasy VII Remake.

Remake ou pas ?

Tous les fans de FFVII et même les plus puristes attendait ce jour ou Square Enix allait annoncé un Final Fantasy VII Remake. Après des années à attendre l’annonce tombe à travers une vidéo en 2015 à la conférence de Sony. Une bombe nous tombe dessus, ce genre de bombe qui affole le marché, preuve les actions de Square Enix ont grimpées en flèches ce soir là. On avait devant les yeux un nouveau jeu, mais venant d’un ancien, des choses connues des éléments qui tout de suite nous frappe et nous rappelle une époque pas si lointaine. C’était trop beau pour être vrai. 5 ans après il débarque sur nos PS4 avec encore un upgrade des graphismes (alors qu’il faut l’avouer généralement c’est l’inverse). Clairement Final Fantasy VII Remake n’est pas une simple version HD, mais bien un remake dans tous les sens du terme. Graphisme, gameplay et même le scénario nous apporte de la nouveauté. C’est la grande force de FFVII, son histoire prenante en entraînante.

Graphisme

La force des FF en dehors des scénarios et univers c’est bien les cinématiques qui ont toujours été sublimes. Et force de constater qu’on a tous un jour rêver de pouvoir voir des jeux vidéo ou les cinématiques sont le jeu en lui-même. Et depuis cette génération de console on peut dire que ce rêve est devenu réalité. Final Fantasy VII Remake a emboîté le pas et nous propose un jeu sublime à tout point de vue. Aucune différence entre jeu et cinématique. L’effet wahou est là à chaque instant de découverte. Les personnages sont de toutes beautés (gros big up à Tifa qui est belle à en rougir) et le travail effectué à partir des pixels de 97 est juste admirable. Et l’univers en vrai 3D et enfin modélisé comme il l’aurait mérité à l’époque est juste magnifique. Rien n’est à jeter, tout n’est pas parfait comme par exemple la vue du bidonville quand on est sur la plateforme, mais c’est de tellement haut que c’est limite normal. Les bases de FFVII ont été le point de départ et on reconnait forcément les endroits déjà visités mais les développeurs se sont surpassé et le travail a été titanesque. Et encore les combats avec les animations sont superbes.

Gameplay

Avant ma découverte du gameplay lors de cette matinée à Paris de Final Fantasy VII Remake, j’avais cette crainte du tour par tour. C’est un gameplay vue et revue et archi-vue il faut le dire et franchement je ne le supporte plus trop. Ce n’est pas fluide et on passe plus de temps à attendre qu’à jouer et casse le rythme. Et FFVII était de cette veine au tour par tour. En 1997 ça passe, mais en 2020 ? Là aussi Square Enix nous propose un tout nouveau gameplay avec un style dynamique comme un bon God of War ou tout type de jeu d’aventure, passant ainsi Final Fantasy VII Remake dans la catégorie des J-RPG. Pas d’inquiétude, PM, Mana, et autre PA sont toujours présents, mais la gestion se fait autrement. Cela apporte un rythme au jeu et une fluidité parfaite. Une nouvelle feature qu’il faudra bien maîtriser sera la barre ATB qui permet d’utiliser objets, compétences et autres sorts. Il faudra gérer sa progression pour les utiliser et la faire grimper vite en attaquant au corps à corps. Les menus sont épurés et simplifiés et on est loin de l’usine à gaz de 97. Mais ce n’est pas parce que le tour par tour a été abandonné que les combats ne seront pas stratégiques. Il faudra trouver les points faibles et gérer son ATB pour utiliser ce qu’il faut pour abattre vos ennemis.

Conclusion

Alors non Final Fantasy VII Remake n’est pas la huitième merveille du monde, mais bordel il s’en rapproche bien. Alors oui on est dans un jeu linéaire et très couloir, mais il fallait ça pour proposer cette beauté. 2 blueray pour la première partie qui se terminera sur le départ de l’équipe de Midgar et donc conclu bien cette première aventure, mais vivement la suite sur PS5 qui rien qu’avec ces futures suites méritent à elles seules l’achat de la cinquième génération de Playstation. Et ça c’est fort. Ma note : 19/20

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.