Test F.I.S.T. Forget In Shadow Torch. Ratchet rencontre Samus.

Les jeux de plateformes en 2D voir 2.5D ont clairement ma préférence. Les Mario ou même Sonic dans ce style ont mes faveurs. Récemment, j’avais testé Metroid Dread qui m’avait totalement emballé. Microids a la bonne idée de nous sortir un Metroid-like en surfant sur la vague de notre héroïne préférée Samus. F.I.S.T. Forget In Shadow Torch va nous entraîner dans une aventure futuriste avec des animaux qui parlent et surtout très intelligent. De quoi faire de l’ombre à Metroid ?

Synopsis

Il y a de cela six ans, la Légion a envahi la Ville de la Torche, qui était à l’origine peuplée par des animaux. Depuis, le lapin Rayton, ancien combattant au sein de la Résistance, a mené une vie de reclus. Après l’arrestation arbitraire d’un de ses amis, Rayton décide à nouveau d’utiliser son poing en métal mécanique pour combattre ses oppresseurs. Il était loin de se douter qu’il soit alors embarqué dans un tourbillon de complots impliquant la Légion, la Résistance, et un certain Gang des Rats.

Premières impressions

J’avais regardé plusieurs vidéos de gameplay et F.I.S.T. Forget In Shadow Torch m’a tout de suite fait de l’œil. Néanmoins je reste toujours méfiant sur ce qu’on peut nous montrer. Mais je dois avouer que je restais emballé par ce lapin frappeur. Après des cinématiques mettant en place le début de l’histoire, on prend vite la main de notre héros. On remarque aussitôt la profondeur du champ. En effet, on est bien face à la 2.5D. Cependant, impossible de s’y rendre et Rayton se contentera de rester lui en 2D. Toutefois, ce n’est nullement gênant et donne juste une impression de grandeur. Ce qui frappe, en plus du point, c’est la fluidité de F.I.S.T. Forget In Shadow Torch. Avec des graphismes propres et un gameplay tout en profondeur, ce jeu est pleins de promesses.

Gameplay

Comme tout bon Metroid, F.I.S.T. Forget In Shadow Torch va nosu donner un héros sans une grosse force de frappe. Toutefois, et vous vous en doutez, tout cela va vite évoluer. Au-delà de votre point mécanique, une foreuse vous sera donnée, et même un fouet électrique. Le tout, va donner un sérieux punch à votre personnage et cela se sent grandement devant l’écran. Le charisme de Rayton apporte un vrai plus et nous donne un lapin frappeur qu’on aime aimer. Toutes les armes que nous allons récupérer seront évolutives. En tuant des ennemis, vous allez récupérer des pièces, à l’instar de Ratchet and Clanck, et les dépenser dans ces évolutions. De même qu’un de vos amis maître de Kung-fu va vous apprendre à mieux vous battre. À vous le double saut et autres techniques d’art-martiaux. Un gameplay tout en profondeur.

Graphismes

F.I.S.T. Forget In Shadow Torch nous entraîne dans des zones toutes plus belles les unes que les autres. Cependant, la ville de Torch est clairement l’endroit le plus beau. Je vous ai déjà parlé de la profondeur de champ et Torch City est le lieu qui le montre le plus. Cela fourmille de détail et de clin d’oeil aux films de science-fiction comme Blade runner. Des boutiques sauvages, des transporteurs et j’en passe. L’animation des armes est elle aussi bien détaillée et les cinématiques ne sont pas en restes. F.I.S.T. Forget In Shadow Torch est très homogène niveau graphisme et ne souffre pas d’une direction artistique faite à la va-vite. Saupoudré par une bande son très agréable et rythmé le tout est vraiment punchy.

Conclusion

Pour conclure, F.I.S.T. Forget In Shadow Torch est un excellent Medroid-like que j’ai adoré. Rien n’est à jeter et même si les débuts sont un peu mou, tout va vite se mettre en place et malgré un bestiaire manquant lui de profondeur, l’ensemble est vraiment top. Ma Note : 18/20

Découvrez aussi   Test Call of Duty : Infinite Warfare
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn