Test Dragon Ball Z Kakarot, le jeu à posséder pour les fans ?

L’année commence bien pour les fans de Dragon Ball puisque Dragon Ball Z Kakarot est disponible depuis quelques jours. Vous connaissez tous la licence je suppose ! Vous vous en doutez, c’est clairement une licence que j’affectionne particulièrement. Une licence que je côtoie depuis mon enfance jusqu’à aujourd’hui. Une licence qui a parfois stagné mais aussi évolué, mais c’est surtout une licence toujours aussi forte et avec une fanbase très puissante. Presque chaque année nous avons le droit à un nouveau jeu Dragon Ball, il y a de belles années et de moins belles années. Dernièrement Dragon Ball FighterZ est sorti et c’était clairement un énorme coup de cœur que ce soit graphiquement ou concernant son gameplay. Je pense sincèrement d’ailleurs que c’était le meilleur jeu licencié Dragon Ball jusqu’à sa sortie. Mais Dragon Ball Z Kakarot arrivera t’il à détronner Dragon Ball FighterZ ?!

Pour être franc, je crois qu’il ne faut pas comparer ces deux jeux. Oui, les deux jeux parlent et proviennent de la licence Dragon Ball. Mais c’est peut être le seul point commun. Alors que Dragon Ball FighterZ nous propose un jeu très axé sur le gameplay (sur des combos à apprendre par coeur par exemple) et sur son aspect graphique HYPER soigné. Le jeu Dragon Ball Z Kakarot lui propose un aspect plutôt semi-ouvert, RPG, avec la mise en avant plutôt de l’histoire et des personnages. C’est clairement deux univers bien différent. Il ne faut pas les opposer, ça a clairement aucun sens.

Dragon Ball Z Kakarot opte clairement pour un jeu conçu pour les fans de l’univers Dragon Ball. Si vous ne l’êtes pas, vous allez je pense clairement envie d’en découvrir plus à la fois sur l’histoire de Dragon Ball Z mais aussi sur tout ce qui gravite autour. Ici dans Dragon Ball Z Kakarot on retrouve de nombreux détails et clins d’oeil à Dragon Ball Z comme les cinématiques, les PNJ issus de l’univers, les musiques originales… De très nombreux clins d’oeil et on va pas se mentir, pour quelqu’un fan de l’univers, c’est hyper plaisant.

A travers Dragon Ball Z Kakarot nous allons découvrir les différents arcs de Dragon Ball Z (arc Saiyens jusqu’à l’arc Buu). Alors oui, malheureusement, c’est fortement résumé, c’est dommage mais c’est peut aussi se comprendre. Ca permet aussi d’avoir un jeu plus dynamique et de zapper tous ces moments un peu creux dans l’univers DBZ. Cependant, entre chaque moments importants vous allez pouvoir naviguer à travers le monde Dragon Ball. Allez de la ville Ouest, à la planète Kaio en passant par l’île de Tortue géniale ou la maison de Goku… Vous allez pouvoir aider de nombreux personnages secondaires que vous connaissez certainement, améliorer votre personnage, récupérer de la nourriture pour devenir plus fort ou vous entrainer avec des ennemis et amis. Si vous souhaitez flâner à travers l’univers, c’est clairement possible. J’ai quelques petits reproches à faire tout de même. La présence (trop, beaucoup trop nombreuse) des robots, c’est chiant, mais tellement chiant. Mais aussi la trop grande présence de ces orbes (qui vous aident à améliorer les différents personnages). Ça vient gâcher un peu l’univers visuellement, c’est dommage.

Graphiquement l’univers est HYPER fidèle et c’est vraiment plaisant. Les animation sont fluides et dans l’ensemble c’est bien modélisé. Il existe comme souvent dans ce genre de combat en 3D quelques bugs caméras mais vous pouvez rapidement vous en échapper. J’ai adoré certaines animations, certains vidéos, certaines images, c’est parfois vraiment très beau et ça rappel de nombreux souvenirs. Comme trop souvent de nos jours, malheureusement, le jeu est censuré, on se rapproche plutôt d’un DBZ Kai que d’un DBZ à l’ancienne pour les connaisseurs.

Concernant le gameplay je suis un peu plus dubitatif. Il est vrai, je n’aime pas les RPG, j’ai toujours du mal a m’y mettre, je trouve ça lent, long et souvent mal mené. Dans Dragon Ball Z Kakarot on nous propose comme trop souvent dans ce genre de RPG japonais, de trop nombreux menus et sous menus, des dizaines d’explications et des dizaines de choses à retenir. C’est pas forcement agréable mais on peut y voir l’impression d’avoir un jeu complet. La prise en main n’est pas simple clairement mais elle reste cependant assez plaisante. Comme tout bon RPG (relou), on nous oblige à faire quelques allez retours à travers la MAP pour récupérer quelques éléments, bien souvent pour nous faire perdre du temps j’ai l’impression. Le petit truc cool c’est de pouvoir jouer plusieurs personnages et donc de ne pas trop se lasser trop vite du jeu, vous allez pouvoir jouer Goku, Gohan, Piccolo, Vegeta… Pourquoi je parle de la possibilité de se lasser ? Car le gameplay est simple, trop simple même, il est pas aussi poussé que Dragon Ball FighterZ clairement, ça manque de combo et de profondeur, j’ai clairement l’impression de faire toujours la même chose, c’est un peu dommage.

Dans l’ensemble je ne suis clairement pas déçu de Dragon Ball Z Kakarot, au contraire, je trouve ça plaisant de pouvoir (re-re-re-re-vivre) les aventures de Dragon Ball Z. Je pense que le jeu est clairement fait pour les fans, il y a de nombreux clins d’oeils, de nombreuses choses à découvrir et à faire et ça reste clairement plaisant. Je ne vois pas forcement les heures défiler, c’est que c’est bon signe. D’ailleurs pour terminer le jeu il faut compter un bon 35 h si on le fait en ligne droite et beaucoup plus si on commence à s’éparpiller à droite et à gauche ce qui est plus que convenable je trouve. Est-ce le meilleur jeu Dragon Ball de ces dernières années ? Peut être ! Tout dépend clairement ce que vous attendez de lui ! Si vous attendez un bon jeu de combat, foncez plutôt jouer à Dragon Ball FighterZ, si vous attendez un jeu qui rend correctement hommage à Dragon Ball Z, foncez jouer à Dragon Ball Z Kakarot ! Il est disponible au prix de 51 € frais de port inclus. Ma note : 15/ 20.

Découvrez aussi   Test : V-rally 4 le retour d'une licence plus que mythique
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn