Premières impressions sur Brink

 

Jeudi 12 mai, lounge Microsoft, me voici pour tester Brink avec un apriori assez prononcé. En effet, longtemps le trailer avait été la seule chose que j’avais vu de Brink, c’était assez bluffant de mêler du Team Fortress 2 avec un coté Mirror’s Edge, mais je n’avais pas vu de vidéo de gameplay. Les premières vidéos de jeu et les quelques avis très moyen de journalistes m’ont refroidi. J’avais donc hâte de tâter le jeu pour me faire mon propre avis.

En y jouant quelque minutes, on a tous eu la même réaction : c’est moche, nul, on meurt souvent, on a affaire à un jeu raté. Et c’est là que se situe la plus grande erreur que nous pouvons faire sur ce jeu : le juger trop rapidement. En effet ce jeu est assez complexe, technique, pointu, il faudra des heures de jeu avant de pouvoir ne serait-ce que comprendre vraiment les mécanismes du jeu et surtout maîtriser toutes les subtilités du gameplay. Pendant cette soirée j’ai eu l’occasion de discuter avec quelqu’un de Canal+ qui a joué au jeu pratiquement 20 heures et il m’a expliqué tout cela. Ce jeu s’inspire clairement de Team Fortress 2, en ajoutant des éléments tactiques en plus qui enrichissent le gameplay et permettent vraiment pour ceux qui maîtriseront bien le jeu de pouvoir s’amuser avec des actions variées !

Les graphismes sont clairement le point faible du jeu.. Autant les personnages sont stylés, ont des bonnes gueules, les niveaux du jeu sont bien construit, autant les textures sont très moches parfois, on a le droit à une bouillie de pixel (sur Xbox 360) quand on regarde le mur ou le sol.. L’aliasing est très prononcé. Après, il faut relativiser car c’est un jeu qui se joue en multi, en ligne et donc la rapidité et la fluidité sont les plus important. On peut aussi customiser son personnage et là c’est carrément les sims pour mecs tellement il y a de possibilités ! 🙂

Au niveau de la jouabilité, le fait de pouvoir se déplacer à la Mirror’s Edge en mieux est vraiment agréable car on peut grimper à plein d’endroits, sauter, s’agripper à une corniche et se rattraper in extremis.  Avec l’expérience, on peut acquérir de nouvelles techniques qui enrichissent encore plus le gameplay. On débloque aussi des classes de joueurs, comme une légère qui peut mourir avec un seul headshot mais qui court très vite et peut atteindre des endroits inaccessibles pour les autres.

Un des points forts du jeu est de miser sur la coopération entre les joueurs, en effet celui qui fait le plus de frag ne sera pas celui qui aura le plus de points à la fin de la partie, ce sera celui qui aura le plus aidé les autres (l’infirmier) ou celui qui aura réussi le plus d’objectifs. Bien sûr pour réussir un objectif on a besoin de l’aide des autres en effet seules certaines classes peuvent déverrouiller certains coffres.

Un autre point faible est le coté mou des armes, on tire sur le mec sans que ça ne lui fasse quelque chose à part lui vider sa barre de vie.. Pareil pour les grenades qui explosent de manière minable. L’IA est aussi molle, il vaut mieux jouer contre des vrais joueurs (ça tombe bien c’est un jeu multijoueur ^^)

Pour conclure je dirais que ce jeu n’est clairement pas grand public avec un côté assez technique, poussé, seul les plus acharnés y trouveront vraiment leur compte. Clairement Brink ne s’adresse pas au même public qu’un Call of Duty. L’intérêt de ce genre de jeu est de jouer en équipe, avec 2-3 amis minimum, pour vraiment pouvoir développer une stratégie.

Merci à Microsoft et Bethesda pour cette soirée.

LegolasGamer

Découvrez aussi   Test NBA live 10 !
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

0 réponse

  1. Merci pour ce teste. Moi ce jeu me tente bien, j’aime beaucoup le character designer, je vais d’abord le tester avant de me décider 🙂

  2. Par le studio d’Enemy Territory… Normal que ce soit un jeu plus hardcore gamer que grand public

  3. Très intéressant que tes premières impressions.
    On teste le jeu à partir de Lundi (sur Xbox360 pour changer 😉 ) et même si j’ai longtemps été accro à team fortress 2, j’ai un peu peur de ce que ce jeu peut donner.
    A voir.