août

01

Critique cinéma : Mission : impossible Fallout, fin d’histoire

Par Stommy_Cop

En avant première hier soir (mardi 31 juillet) et dans la plupart des salles de cinéma, c’est à Rochefort que je suis allé regarder Mission : impossible Fallout au doux prix de 6 euros (merci à tout le blog de s’être cotisé pour que je puisse m’y rendre). Ce film cela fait un moment que je l’ai coché sur mon agenda, je ne sais pas pourquoi, mais je le sentais bien badass. C’est donc super motivé que je me suis fait un marathon des 5 premiers films, pour me mettre totalement dans l’ambiance, dans le mois de juillet. Mon préféré restant, pour le moment le quatrième (protocole fantôme) c’est donc très excité que je me suis assis dans mon fauteuil et lancé dans plus de deux heures d’actions et de rebondissements. Alors, le meilleur de la série ?

Synopsis

Suite à l’échec d’une mission, l’équipe Mission impossible se lance dans une course contre la montre. Le synopsis est très court, mais c’est évidemment voulu pour éviter tout spoil, car dans Mission : impossible Fallout, ce qui va primer au-delà de l’action c’est les surprises et autres rebondissements. Il serait dommage de tout révéler. Donc le peut que l’on sait en allant le regarder c’est largement suffisant. En gros Ethan fait un choix logique qui le caractérise et qui fait échouer la mission et son équipe va tout faire pour rattraper le coup. Voilà.

Prises de vues

Elles sont justes sublimes ! Les photographies sont magnifiques et dans toutes les régions et pays où elles sont prises. Que dire de Paris filmée dans tous les sens ? Des sous-sols en allant par les airs en évitant le cliché habituel du métro toujours trop vu. Et cette folle remontée dans le sens inverse de l’avenue Rivoli et la place de l’étoile on ne peut que kiffer (surtout quand on connait). Londres n’est pas en reste non plus. Tout est fait pour qu’on soit baigné dans l’image et totalement immergé dans l’action. Et en IMAX Mission : impossible Fallout ne gâche rien il faut avouer.

Alors convaincu ?

Concrètement oui, avec une certaine retenu car les mécanismes de mission : impossible pour les habitués sont connus et limite anticipé par le spectateur. Il y a des moments trop téléphonés pour moi, trop prévisibles mais ça fonctionne quand même et de voir les retournements de situations sont toujours grisants. Fan de Superman, il m’a fallu quelques bonnes minutes pour arrêter de penser et d’attendre de voir Henry Cavill, enlever sa chemise et s’envoler avec son costume floqué du “S”. Mais il incarne bien son rôle d’agent de la CIA. Tom Cruise est toujours aussi convainquant en Ethan Hunt et Benji (Simon Pegg) est toujours aussi drôle dans son rôle de nouvel agent de terrain. Et petit coup de coeur pour Luther (Ving Rhames) en vieu briscard. La sauce prend bien et rend le tout très rythmé. On ne voit pas le temps passer et la fin de Mission : impossible Fallout arriverai presque trop rapidement.

Conclusion

Vous avez des films qui se regardent à la maison dans son canapé tranquillement, Mission : impossible Fallout n’en fait pas parti (même si le revoir à la maison est aussi une bonne chose) car il se déguste sur grand écran. C’est le genre de film qui t’en met plein les yeux et plein les oreilles. Alors je ne peux que vous conseiller dès aujourd’hui de vous rendre dans une salle et vous faire plaisir.

Une réponse à “Critique cinéma : Mission : impossible Fallout, fin d’histoire”

  1. Neurazic dit :

    D’accord avec la critique. J’ai beaucoup aimé également ! Du coup ça m’a donné envie de revoir les 4 et 5 😀

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.