juin

07

Critique ciné : Wonder Woman, a ne pas louper ?

Par GohanBlog

critique-cine wonder woman

Paris, musée du Louvre, de nos jours : une femme très classe regarde une vieille photo (clin d’œil à Batman VS Superman). Cette dernière sera le point de départ pour conter l’histoire de Wonder Woman. Retour en arrière : on découvre un monde paradisiaque, une île, peuplée exclusivement de femmes, des amazones, et protéger des dangers du monde réel par une bulle.
Dans cette île une petite fille prénommée Diana présente un attrait particulièrement fort et des compétences innées pour le combat. Elle ne le sait pas encore mais elle est promise à jouer un rôle déterminant dans l’Histoire. La fillette évolue et devient une femme forte et combative, loin des tumultes du monde extérieur.
Mais un jour, la bulle protectrice est mise à mal par un aviateur poursuivit par des soldats allemands.

Ainsi commence l’origin story de Wonder Woman, le personnage féminin symbolique et emblématique de DC Comics. L’actrice, Gal Gardot, incarne avec brio une super-héroïne badass mais candide et élevée selon les traditions antiques qui va se retrouve malgré elle confrontée à un monde hostile dont elle ne maitrise pas les codes. Ce décalage entre son éducation et le monde réel va permettre de créer quelques comiques de situation, notamment avec son partenaire Chris Pine.

ntg_r5_c06v52_170418_020ma_g_r709.449449.tif

Les scénaristes Allan Heinberg et Geoff Johns n’hésitent pas à utiliser un ton léger et mature pour faire rire un public résolument adulte. Parallèlement, la story de Wonder Woman est habilement intégrée au terrible contexte historique de la Première guerre mondiale ce qui rend l’aventure de l’héroïne crédible. Quant à la mise en scène, elle est particulièrement soignée et les combats en mettent plein la vue. On sent clairement l’influence de Zach Snyder.

WONDER WOMAN

Le film a tendance tout de même à s’essouffler en seconde partie en raison d’un scénario trop classique et de retournements de situation un brin prévisible. De plus, le côté romantique mis en avant par des répliques naïves, à la limite d’être bête, casse le rythme et on se demande parfois si intégrer une romance était judicieux et réellement nécessaire. En effet, puisque l’objectif était d’avoir un leader féminin indépendant et fort, il aurait été intéressant de ne pas tomber dans cette facilité. Au final, c’est un bon divertissement qui offre une certaine légèreté dans le scénario que les autres films de super héros ne possèdent pas, mais on peut tout de même regretter une impression de déjà vu.

Note : 14/20

Une réponse à “Critique ciné : Wonder Woman, a ne pas louper ?”

  1. Stommy_cop dit :

    J’ai trop hâte d’aller le voir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.