juin

07

Avis manga : Pour le pire – Tome 1 et tome 2

Par GohanBlog

Encore une nouvelle découverte chez Glénat. Après mon retard sur Tokyo Revengers, j’ai enchainé avec quelques nouveautés, notamment la licence : Pour le pire. Glenat propose dès le lancement, les deux premiers tomes, voila pourquoi je vous propose aujourd’hui mon avis sur les deux tomes. Comme toujours, aucun spoil, le but étant de vous faire découvrir une licence, de vous donner envie (ou non) à lire la suite et non pas de vous raconter chapitre après chapitre ce qui s’y passe.

Pour le pire : une ambiance malaisante 

Le premier tome du manga Pour le pire nous propose de découvrir les bases de l’histoire et les principaux personnages. Tout d’abord Bozo Shinagawa, une tueuse en série ayant tué 3 voire 4 personnes, uniquement des hommes dans la trentaine ou quarantaine. Mais cette tueuse démembre également ses victimes et actuellement, certaines victimes n’ont pas été totalement reconstituées. Il peut manquer un bras, ou une tête et c’est un calvaire bien-sûr pour les familles des victimes. En réalité derrière ce surnom de Bozo Shinagawa se cache Shinju Shinagawa, une jeune femme a assez forte corpulence, patiemment édentée, qui se grimait en clown et qui fut arrêté à 20 ans, depuis elle est condamnée à mort et attends d’autres procès. 

Un duo charismatique 

L’autre personnage principal, c’est Natsume Arata, il ne pensait pas être mêlé a cette affaire de tueuse en série et pourtant… Il travaille dans une agence sociale d’aide a l’enfance. Il a une profonde haine pour les adultes maltraitants les enfants. On a encore du mal a connaitre son passé, mais il semble pas simple, peut être a t’il vécu des choses similaires ? Il a une haine si profonde qu’il n’hésite pas à jouer de ses poings ou d’une violence verbale face aux « sales adultes ». Natsume dit lui même ne pas être fait pour ce métier, mais au fond, on sent qu’il a besoin de ça pour vivre. Momo, une jeune collègue, l’accompagne, il semble avoir un faible inavoué. 

NATSUME ARATA NO KEKKON © 2019 Taro NOGIZAKA / SHOGAKUKAN

Mais l’important, c’est que Natsume, pour aider le fils d’une des victimes de Shinagawa, va se rapprocher de la tueuse en série. Son but ? Lui faire avouer les emplacements des membres manquants des victimes, afin de soulager les familles. Pour se rapprocher de Shinagawa, il va devoir faire semblant de tomber amoureux et de se marier avec elle. Tout le monde doit tomber dans le panneau, l’avocat de la tueuse en série, Shinagawa bien-sûr, mais aussi les proches de Natsume… Une mascarade qui va être difficile à gérer ! Mais cette relation, risque de mentalement perturber Natsume.

D’un côté, on a parfois l’impression qu’elle est totalement innocente, mais d’un autre, quand elle dévoile son vrai visage, l’ambiance change et elle en devient terriblement flippante ! La lecture des deux premiers tomes du manga Pour le pire est vraiment intéressante, le dessin est canon et les expressions du visage sont terriblement efficaces. C’est aussi flippant que beau. J’ai vraiment hâte de découvrir la suite !

Quelques planches (tome 1) :

Pour le pire – Auteur : NOGIZAKA Tarô – Éditeur : Glenat – Type : Seinen

Chaque tome est disponible au prix de 7,60 € frais de port inclus. Ma note pour ces deux premiers tomes : 17/ 20

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.