janvier

16

Avis comics : Wika et le monde de Pan tome 1, 2 et 3.

Par Stommy_Cop

Après la découverte de UCC Dolores le mois dernier qui avait eu droit à mon coup de cœur pour cet univers sensationnel, pour le premier mois de l’année j’ai reçu, toujours de chez Glénat éditions, les aventures complètes de Wika dans le monde de Pan écrit et dessiné en trois volumes d’une soixantaine de page chacun, sauf le dernier tome qui lui dépasse les quatre-vingts pages. Donc après un univers galactique et très spatial découvrons celui très féerique de Wika qui nous entraîne dans une aventure très fantasy et steampunk et je peux vous dire attention les yeux ça va envoyer sec.

Synopsis

Il était une fois un couple de fées, le duc Claymore Grimm et la duchesse Titania, et leur petite fille, Wika. Alors que le prince Obéron, ancien amant de Titania aux pouvoirs redoutables, prend d’assaut le château Grimm, la petite Wika est confiée, après avoir eu les ailes sectionnées pour dissimuler sa nature, à un couple de fermiers chez qui elle grandira à l’abri de tous… Treize ans plus tard, Wika, émancipée, se rend dans la capitale contrôlée par Obéron. Elle y rencontre le jeune Bran, voleur talentueux qui, entre larcins et arnaques, lui dévoile les secrets de la cité. Mais petit à petit, les pouvoirs de Wika semblent se développer, révélant sa nature de fée, et éveillent l’intérêt du prince tyrannique, celui-là même qui voulut sa perte des années auparavant…

Wika et la fureur d’Obéron

Le premier tome raconte le début de la vie, et de son sauvetage par un ami de ses parents, de notre héroïne qu’est Wika de sa naissance à son adolescence. Vite orpheline elle va découvrir qui elle est quand ses pouvoirs vont se réveiller. La mise en place des personnages se fait très rapidement et sans détours et on comprend vite le caractère des personnages. Ce qui frappe de suite, mis à part les dessins mais j’y reviendrai, c’est le charisme des personnages qui nous tombe dessus. Rien n’est nian-nian dans Wika et la fureur d’Obéran, même le côté ou le vilain prince vient déclarer la guerre à l’homme qui a “volé” l’amour de sa vie. Un premier tome condensé qui ne perd pas de temps et va à l’essentiel. C’est rythmé et dieu que c’est beau.

Wika et les fées noires

Après un premier tome de toute beauté dans les dessins et l’histoire, on attendant la même chose de Wika et les fées noires. Je ne vais pas trop rentrer dans le synopsis de ce second volume pour éviter de vous spoilier le scénario, mais sachez simplement que Wika va se retrouver avec les trois soeurs fées noires et ennemies jurées de Obéron devenu roi entre temps. Elles vont aider Wika à maîtriser ses pouvoirs et à se préparer à se venger d’Obéron à certaines conditions que je vous laisse découvrir. Malgré le côté formation, on nous évite les longs moments de : je découvre mes pouvoirs et j’ai donc de grandes responsabilités, mais j’ai un cas de conscience et veux vivre ma vie etc… Pas de nian-nian toujours pas. C’est très agréable et la lecture se fait avec énormément de plaisir. On reste sur le même rythme que dans Wika et la fureur d’Obéran.

Wika et la gloire de Pan

Ce volume est de loin le plus complet sur tous les plans. Il nous offre même des planches de 4 pages dépliables!!!! C’est juste sublime visuellement et quel travail dans le jeu des couleurs et dans la profondeur des dessins. Le dernier tome est la bataille finale entre les partisans de Wika et l’armée d’Obéran. Les planches sont tellement importantes en tailles et détails que par moment le comics passe en mode portrait quittant le mode paysage habituel sur les deux pages normales. Wika et la gloire de Pan fini l’histoire en apothéose même si la fin est attendue et presque prévisible il va falloir lire les dernières pages pour être sur de l’avoir.

Conclusion

Wika et le monde de Pan est une histoire magnifique et prenante. C’est le genre de comics que lorsque tu le lis, tu imagines les personnages sur grand écran pleins de vies et c’est un signe que tu es totalement dans l’aventure. C’est comme un bon livre ou tu imagines dans ta tête les héros. Les dessins sont d’un détail à couper le souffle et il va vous falloir de longues minutes à baver contempler les planches pour y comprendre toutes les subtilités et voir les détails. A la lecture cela va assez vite effectivement, mais il faut savoir admirer tout le travail des dessins pour apprécier ce chef d’oeuvre. Mon seul reproche serait que c’est trop court et j’espère que Thomas Day et Olivier Ledroit y reviendront pour notre plus grand plaisir. Chaque tome est disponible au prix de 14,95 € frais de port inclus. Ma note : 18/20 pour les trois tomes.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.