Test Gotham Knights : quand Batman me manque

J’ai eu la chance de recevoir le jeu Gotham Knights quelques jours avant sa sortie, de quoi plonger dans Gotham City pour mon plus grand plaisir. Par le passé, j’avais beaucoup apprécié les jeux tournant autour de Batman avec plus récemment Batman Arkham Knight. Mais soyons clair dès le début de ce test. Gotham Knights n’est pas la suite directe de Batman Arkham Knight. L’histoire débute avec une révélation : Batman est mort. Ce qui a une conséquence directe : Gotham plonge dans un chaos sans précédent.

Heureusement, la Bat-Family est là pour prendre le relais et lever le voile sur le mystère entourant la disparition de notre Chevalier Noir préféré. Nos quatre justiciers : Robin, Batgirl, Nightwing, Red Hood vont donc nous accompagner tout au long de cette aventure dans la ville de Gotham qui est énorme. C’est la plus grande jamais proposée. Pour le coup, elle est riche, plutôt bien conçue, hyper sombre et colle parfaitement à l’univers et à l’histoire. Mais tout de suite il y a un hic : se déplacer dans Gotham n’a jamais été aussi chiant. À l’époque des précédents jeux, la ville était plus petite et les déplacements moins nombreux. La on passe son temps à se déplacer d’un point A à un point B. La plupart du temps via le grappin (qui ne vaut clairement pas le déplacement de Spider-Man) ou via la Batcycle (la moto de Batman), qui est d’une lourdeur folle. Avec une fausse impression de vitesse, faire 800 mètres parait long… mais long… Bref, c’est chiant.

Gotham City est immense

Visuellement, comme je le disais, la ville, le jeu en soit, c’est correct, plutôt fluide (30fps en moyenne). Il y a quelques bugs, quelques clipping parfois, mais dans l’ensemble c’est très correct. J’aime surtout l’univers, les différents clins d’oeil, tous les objets autour de Batman. La mise en avant des personnages principaux et des différents méchants que vous connaissez tous (Le pingouin, Harley Quinn, Mr. Freeze…). En étant dans le Beffroi, vous allez pouvoir réaliser plusieurs choses : découvrir des indices, réaliser des entrainements, changer de personnage (et choisir parmi l’un des 4 membres de la Bat-Family).

Gotham Knights : une plongée dans l’univers

Chaque membre à bien entendu ses propres caractéristiques. Robin est par exemple rapide et furtif, tandis que Redhood lui possède des pouvoirs mystiques et sait frapper très fort. À vous de choisir la bonne personne même si en soit, tout est réalisable la plupart du temps avec chaque personnage. Le gameplay d’ailleurs est très similaire à ce que vous connaissez. J’aime toujours autant cette façon de combattre en enchainant les coups, mais comme pour les précédents épisodes, ça pose des problèmes de caméra dans certains endroits (étroits particulièrement). Vous aurez à la fois des phases d’enquêtes, d’infiltration et des phases plus dynamiques. Mais bizarrement, malgré cette diversité, j’ai trouvé ça assez répétitif. Surtout que le côté infiltration est à mon sens limité puisqu’il est impossible d’éliminer des ennemis en restant caché bien longtemps… Donc mouais.

Le point fort de Gotham Knights reste sa possibilité d’être entièrement jouable seul ou en coopération (2 joueurs). C’est toujours plus fun à plusieurs ! Pour moi, ce jeu n’est clairement pas un coup de cœur, pour tout vous dire, je suis même déçu. C’est trop souvent le cas quand j’attends un jeu impatiemment. Pourtant l’univers est cool, visuellement c’est clairement pas moche. Mais je trouve le gameplay un poil trop répétitif et ça manque d’ambition ou de réelles nouveautés. Je n’ai pas encore terminé le jeu, mais je compte bien continuer d’avancer dans l’histoire, peut être que mon avis changera… mais j’y crois malheureusement pas.

Découvrez aussi   Test : Outriders Worldslayer. Un DLC qui en a sous le capot !
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn