Test : Ghostrunner 2. Cela va découper sec et pas des citrons.

Je n’avais pas fait le premier jeu sorti il y a trois ans. Je ne sais pas trop pourquoi parce que j’aime les FPS en général. Enfin ceux qui ont un scénario avec une histoire. Les Call of et compagnie ne sont pas ma tasse de thé. Ghostrunner 2 débarque donc sur ma PS5 et après avoir regardé plusieurs vidéos de review j’étais assez emballé. Il faut dire que le premier épisode avait été salué par la critique et a eu son succès. La suite pourrait elle avoir le même succès que sa grande sœur ? Prêt à découper du robot ?

Synopsis

Le jeu a pour cadre un monde cyberpunk post-apocalyptique. Vous allez plonger dans de l’action à couper le souffle tandis que vous affrontez la secte violente d’une IA ayant infiltré le dernier refuge de l’humanité. Vous explorerez le monde au-delà de la Tour Dharma sur votre nouvelle moto, et vous décimerez vos ennemis dans le Cybervoid.

Premières impressions

Ghostrunner 2 permet, à ceux qui comme moi n’ont pas fait le premier opus, d’avoir un résumé de l’histoire. Cela nous met dans le bain et surtout l’ambiance de ce jeu très cyberpunk. Les premières minutes vont nous familiariser avec le gameplay qui est très  facile en prise en main. Ce qui m’a surpris c’est les pouvoirs qui sont déjà accessibles dès le début. En gros on retrouve le héros avec tous les pouvoirs qu’il avait à la fin du premier jeu. Souvent les développeurs trouvent une parade pour qu’on perde toutes les forces du personnage mais pas ici. On part donc pleine puissance et on se sent fort de suite manette en main.

C’est difficile ?

Une fois le gameplay maîtrisé, on se s’amuse comme un fou, on découpe du cyborg et c’est grisant. Ghostrunner 2 nous offre des sensations fortes. Il faut parcourir les niveaux sans se faire toucher sinon le moindre dégât vous tue automatiquement et il faudra recommencer. Des checkpoints sont bien placés et nombreux, ce qui évite de recommencer à zéro les niveaux. Sans être infaisable, Ghostrunner 2 reste quand-même légèrement difficile. Ne pas se faire toucher ne sera pas toujours une mince affaire. Les zones de combats vont vite vous faire sentir étouffer. Les ennemis sont nombreux et disposent tous de leur propre pouvoir. Le bestiaire est conséquent et vous donnera des sueurs. Il en sera de même pour les boss qui seront tous difficiles à battre mais vous prendrez du plaisir à les combattre.

Infiltration ?

Les méchants vilains sont éparpillés un peu partout dans une zone. Il faudra trouver le meilleur moyen pour tous les tuer sans se faire tuer sois-même. Vous allez essayer plusieurs fois jusqu’à réussir à tous les éliminer. Quoi de mieux que d’enchaîner les mouvements spéciaux et pouvoirs pour liquider des ennemis ? Les sensations manette en main sont très agréables, d’autant que le feeling est top de chez top. Le jeu est vraiment fluide, optimisé comme il faut et beau comme jamais. C’est un vrai plaisir de le parcourir de bout en bout et même si l’action se passe dans des environnements très cyberpunk, Ghostrunner 2 arrive à nous en mettre plein les yeux et surtout à se diversifier.

Conclusion

En conclusion, Ghostrunner 2 nous offre un très bel univers magnifique et qui procure énormément de plaisir. Les déplacements en moto sont à couper le souffle et grisant. Fort d’un gameplay facile à prendre en main vous allez aimer mourir pour devenir le meilleur ninja robot ! Ma note : 15/20

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Réseaux

Me contacter

contact[at]gohanblog.fr

Charte éditoriale

Nos contenus peuvent contenir des liens à travers lesquels nous percevons une commission, et ils peuvent être créés en partenariat avec des marques. Cependant, il est important de noter que cela n’affecte en aucune manière l’objectivité de nos articles.