novembre

27

Critique ciné : Le garçon et la bête

Par Didjason

critique cine le garcon et la bete

En début de semaine, j’ai eu le privilège d’assister à l’avant-première presse du nouveau film d’animation japonais de Mamoru Hosoda, Le garçon et la bête (The boy and the beast), qui sortira au cinéma le 13 janvier prochain.

Synopsis : Shibuya, le monde des humains, et Jutengai, le monde des Bêtes… C’est l’histoire d’un garçon solitaire et d’une Bête seule, qui vivent chacun dans deux mondes séparés. Un jour, le garçon se perd dans le monde des Bêtes où il devient le disciple de la Bête Kumatetsu qui lui donne le nom de Kyuta. Cette rencontre fortuite est le début d’une aventure qui dépasse l’imaginaire…

Un synopsis bien en-deçà de la complexité et de la majestuosité du film. Ren, est un petit garçon de 9 ans dont la mère vient de décéder suite à un tragique accident et dont le père, séparé de sa mère, est introuvable. Il se retrouve alors sous la tutelle d’un couple d’adultes par décision du tribunal. Déjà fort de caractère Ren refuse en bloc ce changement de famille et préfère fuir et se débrouiller seul dans la ville de Shibuya, en hurlant sa haine contre l’humanité qu’il déteste. En parallèle, dans le monde des bêtes et la ville Jutengai, dont les 2 villes sont reliées par un labyrinthe dont seules les bêtes connaissent le chemin, le Seigneur des bêtes prépare sa retraite et sa succession. 2 prétendants s’opposent pour prendre sa place, Iôzen une bête très populaire accompagnée de nombreux disciples et de ses 2 fils, et Kumatetsu une bête très puissante dont la solitude et la paresse n’attirent pas les faveurs des autres habitants de Jutengai. Kumatetsu doit cependant prendre un disciple à ses côtés pour prétendre à la place du Seigneur des bêtes et assurer sa succession.

avis Le garçon et la bête

Les différents disciples que Kumatetsu a essayé de former ayant tous abandonné au bout de quelques semaines ou jours, il décide de partir à la recherche d’un nouveau disciple dans le monde des humains. Il y croise par hasard Ren, qui se cache de la police locale. Après un premier contact plutôt houleux, Kumatetsu propose au petit Ren de devenir son disciple avant de disparaître dans la foule. Intrigué, Ren suit cette bête jusqu’à une petite ruelle dans laquelle il s’engouffre pour échapper à la police. Il suit alors Kumatetsu dans un dédale de ruelles et arrive en plein cœur de Jutengai.

Commence alors une nouvelle vie pour le jeune Ren qui sera recueilli par Kumatetsu, résolu à en faire son disciple et lui transmettre, tant bien que mal, ses connaisses de kendo. Véritable rite initiatique pour le jeune Ren, qui sera rebaptisé Kyuta par Kumatetsu, il devra apprendre à maîtriser non seulement le kendo, mais également la part d’ombre qui sommeille en lui et qui comme tout humain, comparé aux bêtes, risque de le corrompre. Il devra également composer avec un maître dur et dont la patience lui fait défaut, mais aussi avec un passé qui refait subitement surface.

Le garçon et la bête

Le garçon et la bête est un film à la fois magnifique et émouvant. Mamoru Hosoda livre ici un film absorbant tant dans son histoire que dans la qualité de ses dessins et de l’animation. La complexité des personnages, de leur personnalité et des liens qu’ils tissent entre eux donnent beaucoup de profondeur à l’histoire. Un film plaisant à regarder, une musique originale qui donne du rythme à une animation japonaise qui n’en manque pas et font passer les 2h du film sans effort. Peu habitué à ce genre de film j’ai vraiment été absorbé par l’histoire, la psychologie du film et la beauté des dessins et de l’animation.

Je conseille ce film à tous les amateurs de films d’animation japonais mais également à ceux qui ne connaissent pas ou peu ce style cinématographique et qui ne pourront qu’être conquis par ce chef d’oeuvre.

4 réponses à “Critique ciné : Le garçon et la bête”

  1. Bob dit :

    Knocked my socks off with knlweedgo!

  2. […] concours de l’année en partenariat avec les cinémas Gaumont concernant le film Le Garçon et la bête, un film de Mamoru Hosoda, un film que j’attends beaucoup, que Didjason a découvert, […]

  3. It’s a pity you don’t have a donate button! I’d without a doubt donate to this excellent blog! I guess for now i’ll settle for book-marking and adding your RSS feed to my Google account. I look forward to new updates and will share this site with my Facebook group. Chat soon!

  4. Choky24/10/2012Ca suffit, cette censure de la gauche bobo crypto-marxiste bien-pensante. Voilà qu’on va sélectionner les périodes d’histoire à enseigner ! On n’est pas sous Staline, que diable. Et personne ne relaie cette info scandaleuse ???On a bien compris que le but était surtout de passer sous silence les errements gravissimes des premières années de F. Mitterrand. Ce faisant, on occulterait ce qui a fait et fait encore la grandeur de la France : le Minitel, la BX, un grand nombre de tubes de Michel Sardou, Marc et Sophie, le RPR…Honte à ce gouvernement négationniste.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.