janvier

19

Avis manga : Blue Period – Tome 1

Par GohanBlog

J’ai eu la chance de recevoir quelques semaines avant sa sortie le premier tome du manga Blue Period, c’était clairement un manga que j’attendais pour plusieurs raisons. Tout d’abord, j’avais entendu parler de ce manga grâce aux nombreux prix remportés au Japon (lauréat du prix Manga Taisho 2020, prix Kôdansha du meilleur manga 2020, 4ème au prix des libraires Kono manga ga sugoi ! en 2019…) mais aussi car c’est un manga qui touche une thématique que j’apprécie : l’art. J’ai moi même fait des études d’arts, pas dans l’école “Gedai” à Tokyo comme dans le manga par contre haha. Mais j’ai toujours été attiré par l’art et son univers. 

Ce premier tome nous propose de plonger dans cet univers artistique. Tout d’abord en nous présentant tout doucement le personnage principal : Yatora. Un lycéen studieux qui réussit dans plusieurs domaines. Pour se faire des amis et avoir un semblant de vie sociale il essaye même de sortir le soir avec eux. Ca lui permet de penser à autre chose et de paraitre quelqu’un de normal. Mais il ressent depuis toujours une impression de vide en lui. Jusqu’au jour ou il va tomber sur une œuvre d’art réalisée par une “collègue” lycéenne. Il ressent une émotion particulière mais va dans un premier temps faire abstraction de celle-ci. L’art n’est pas fait pour lui. Il veut un boulot normal, simple et efficace, mais un hobbies qui va lui permettre peut être de gagner de l’argent. Mais Yatora va dessiner pour la première fois et il va être complimenté par d’autres élèves artistes et ça va tout changer. Il pense enfin avoir trouvé une voie qui le correspond. Une voie qu’il décide de suivre à 100% en s’intéressant à l’art de manière plus forte. Il va s’inscrire au court d’art de son école afin de comprendre et apprendre les bases du dessin mais pas que… Car l’art finalement est large, elle touche autant de personnes que de styles. 

Blue Period : un manga pour célébrer l’art ! 

Yatora ne possède désormais qu’un seul but : celui d’intégrer la prestigieuse école “Geida”. Une école qui existe vraiment (d’ailleurs le mangaka sort de cette école), une école qui a surtout un taux d’admission très bas. C’est aussi une forme de motivation pour lui. L’autre motivation c’est le cout de cette école (l’un des plus bas de tout le Japon pour une école d’art), ce qui tombe bien vu que ses parents ne peuvent se permettre de l’emmener ailleurs.  Mais avant d’intégrer cette école il va devoir tout apprendre. On sent qu’il est très motivé et qu’il possède un petit truc, une forme de don… mais on sent aussi que la concurrence est présente et très forte. La lecture du premier tome de Blue Period est agréable (et longue). Le dessin est vraiment cool et les œuvres à l’intérieur de celui-ci sont de réelles œuvres signées des anciens artistes de la Geidai ou des connaissances. Je trouve le clin d’œil vraiment cool. Yatora est hyper charismatique mais ce n’est pas le seul, j’aime beaucoup Yuka aussi, le duo peut être vraiment intéressant dans le temps. J’ai vraiment hâte de lire la suite maintenant…

 Quelques planches (du tome 1):

Blue Period – Auteur : Tsubasa Yamaguchi – Éditeur : Pika édition 

Ce premier tome est disponible au prix de 7,50 € frais de port inclus.  Ma note pour ce tome 1 :  16 / 20.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.