Test : Yoku’s island express : le jeu qui fait tilter votre console.

Le mois de septembre approche et la rentrée des jeux vidéo arrive comme la rentrée des classes ! Et au blog on commence à recevoir pas mal de jeux à tester. Après un mois d’août assez calme ça fait clairement plaisir. Yoku’s island express est donc arrivé sur ma PlayStation sans aucune prétention et je me suis lancé comme une boule de flipper dedans. Ça tombe bien c’est la base du jeu ! Et il y a tellement longtemps que je n’avais pas joué sur un support numérique à un jeu de flipper je me suis laissé tenter. Alors, ça roule ?

Synopsis

Ce n’est pas un simple jeu de flipper comme on a pu avoir depuis des années. Mais une vraie histoire de fond ou un scarabée (ou fourmi, bref un insecte quoi) va sauver une île en poussant une boule à laquelle il est attaché . Il devra livrer des colis et du courrier comme un bon petit facteur. Il rencontrera aussi beaucoup d’animaux petits ou grands qu’il devra aider pour avancer dans sa (ses) quêtes. Bien évidemment tout ne sera pas simple et des obstacles seront présents ! Ce teasing de fou que je vous fais.

Flipper ouvert ?

A la base un jeu de flipper c’est clairement un jeu en monde fermé et cela quelque sois le support. Mais ça c’était avant l’arrivé de Yoku’s island express avec son mode aventure dans un open world en 2d. Et il faut dire que c’est vraiment bien foutu. On déplace notre ami l’insecte comme bon nous semble et où on le désire sur une carte qu’on prendra plaisir à découvrir. Toujours à pousser sa boule de flipper tous les ingrédients des jeux de flipper sont là, les bumpers automatiques  comme les leviers de frappe que vous activez avec les boutons L2 et R2 pour accéder à tous les niveaux. Certains passages vous serez cloîtrez, car il vous faudra débloquer la zone à coup de gâchettes mais ce sont des challenges pour accéder à de nouvelles zones ou réussir des missions.

Comme une boule de flipper

Yoku’s island express nous offre un jeu aux graphismes colorés très mignon et qui suffisent à notre plaisir des yeux. Mais dans un jeu de flipper ce qui reste primordial c’est quand même la maniabilité, la précision et le temps de réaction des leviers. Et je peux vous dire que c’est clairement une réussite de ce côté-là. Un vrai bonheur de se balader sur l’île c’est réactif et très précis. Tout roule parfaitement et c’est vraiment fun et aucune prise de tête pour le joueur. Même un débutant pour le flipper ou un mauvais (la légende dit que Gohan au lycée voyez plus souvent la phrase : Game Over, que : Multiball) joueur prendront plaisir à ce jeu. Horizontalement vous allez vite découvrir l’île, mais entre les profondeurs et les airs vous allez vite vous rendre compte que cette île n’est pas si petite. L’obtention de nouveaux pouvoirs vous permettrons d’accéder à des zones nouvelles, et vous battre contre des boss à coup de boule de flipper. Je vais regretter un point dans ce jeu, c’est l’absence de listing des missions, secondaires ou principales, en cours. La rencontre avec bon nombre de personnage déclenchera des missions obligatoires ou non mais on peux s’y perdre vu le nombre ou même oublier si on ne regarde pas la carte avec les points signalant ou potentiellement aller.

Conclusion

Alors, pour moi c’est clairement un grand OUI. Yoku’s island express est envoûtant et surtout prenant. J’en ai lâché les autres jeux en cours pour le finir. Même Gohan regrette de me l’avoir laissé en test et ne pas l’avoir fait. Ce jeu est accessible à tous, petits et grands et même à plusieurs à se partager la manette, des niveaux en coop auraient plus fun mais bon c’est le premier jeu de cette licence et j’espère en voir une suite.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Réseaux

Me contacter

contact[at]gohanblog.fr

Charte éditoriale

Nos contenus peuvent contenir des liens à travers lesquels nous percevons une commission, et ils peuvent être créés en partenariat avec des marques. Cependant, il est important de noter que cela n’affecte en aucune manière l’objectivité de nos articles.