avril

21

Test La-Mulana1 et 2 les aventuriers du rétro perdu.

Par Stommy_Cop

Je suis le vieux du blog, l’ancêtre celui qui jouait à l’Atari 2600 et qui programmait sur Amstrad CPC 6128 dans son enfance. Alors quand un jeu à base de pixel arrive comme La-Mulana 1 et 2 au blog je suis comme un petit jeune des années 1980 qui découvre Super Mario Bros sur NES la première fois. Et comme pour Gohan un pixel c’est sur les photos il passe son chemin et me laisse tester, avec un plaisir non caché, ce genre de jeu. Et comme Koch Média sont adorables ils m’ont fait parvenir la Hidden Treasures Edition à découvrir sur mon compte instagram. Alors ce Métroid-like à la sauce Indiana Jones ne se perd t’il pas trop en chemin ?

Synopsis

Rien de vraiment profond dans le scénario de La-Mulana 1 et 2, on incarne un aventurier, dans le premier La-Mulana et une aventurière dans le second opus. Les deux héros dans leurs propres aventures irons donc dans les ruines de La-Mulana se battre contre des boss et des énigmes très pêchus.

Metroid-like

Quand on évoque La-Mulana 1 et 2 on parle d’un Metroid-like des années 80-90. Mais ils (il y a deux jeux je vous rappelle. Il faut suivre) sont surtout un hommage aux jeux de plates-formes de ses mêmes années. De la bonne 2D en scrolling vertical (et certains passages en horizontale) avec ses gros pixels qui tachent et qui font grave plaisir. Ils avaient déjà eu un lissage qui va bien lors de son adaptation sur Wii. Il ne faut pas croire que La-Mulana 1 et 2 viennent des consoles 16 bits, mais bien des PC en 2005. C’est donc volontairement que les développeurs ont décidé d’en faire un clin d’oeil à cette génération de jeu qui reste culte et très prisée encore aujourd’hui.

Gameplay et graphismes

On a là, le must du must en terme de gameplay. C’est plus qu’un hommage qui est fait par La-Mulana 1 et 2 aux meilleurs jeux 2D c’est clairement une référence à prendre dorénavant. La-Mulana 1 et 2 est d’une fiabilité à toute épreuve. C’est simple et drôlement efficace. Tout réagis aux doigts et à l’oeil. Au quart de tour et quand on se retrouve contre des boss gigantesques il vaut mieux avoir un gameplay aux petits oignons. On se rapproche quand-même d’un Castelvania avec son fouet, son double saut et les pièges à éviter. Côté graphisme c’est juste une merveille de 16 bits. Mais pas les jeux pleins de pixels pas super beau. Là le travail effectué est magnifique et on a l’impression que notre Super-Nintendo ou Megadrive crachent ses poumons. Alors ça ne peut pas plaire à tout le monde, mais personnellement c’est top.

Difficulté 

Il va falloir vous accrocher car dans La-Mulana 1 et 2 la difficulté est quand même bien présente et pas forcément bien dosée. Vous n’allez pas finir ces jeux en deux heures. Il faudra même apprendre à mourir et surtout l’accepter pour progresser dans l’aventure. Heureusement que des marchands sont présents dans les villes pour équiper nos aventuriers en armes qui viendront renforcer notre fouet et nous permettra d’augmenter noter force de frappe. La-Mulana 1 et 2 est également en anglais, mais cela reste très scolaire et rien d’insurmontable même si vous êtes nuls en anglais. Et je suis le premier à râler sur les jeux full english.

Conclusion

Je me répète mais La-Mulana 1 et 2 est un hommage aux jeux vidéo 16 bits des années 80-90. Ils les sublimes en montrant ce que certains auraient pu être  cette époque. Avec son gameplay parfait, des graphismes volontairement rétro et une difficulté relevée (trop ?) La-Mulana 1 et 2 vous tiendra en haleine pas mal d’heure.

Ma note : 14/20

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.