Avis manga : Kujô l’implacable – Tome 4

Déjà le tome 4 pour Kujô l’implacable, la nouvelle licence de Shôhei Manabe, l’auteur de Ushijuma – l’usurier de l’ombre. Kujô l’implacable fait clairement mouche auprès de moi car c’est une licence assez atypique, un peu sombre, avec un scénario et la mise en avant d’un univers mais aussi de personnages qui d’habitude sont oubliés. Nous allons donc retrouver Kujo, un avocat assez célèbre, connu pour défendre les mafieux. Il frôle très souvent la légalité, mais arrive finalement à s’en sortir. Il faut dire qu’il semble à la fois intelligent mais aussi très au courant de ce qu’il peut ou ne peut faire (bon, ça c »est aussi son métier).

Kujo va devoir faire face à une nouvelle affaire, celle de Shizuku Kasagi, soupçonnée d’avoir tué une personne. Mais avant tout, nous allons en apprendre plus sur elle. C’est clairement une jeune fille déboussolée, pas de famille proche, qui essaye de survivre comme elle le peut en ne travaillant pas toujours de manière à être en sécurité. Au fil des chapitres nous allons rentrer dans sa vie, elle va d’ailleurs faire la connaissance d’une personne qui risque de changer la sienne : Shûto. Un mec qui finalement recrute des jeunes filles pour leur proposer de tourner des films pornos. C’est ce que cette dernière va finalement faire. Pas à reculons, ça ne semble pas lui déplaire et elle semble même heureuse de la situation mais rapidement deux choses vont gâcher le tout.

Kujô l’implacable : nouvel arc avec Shizuku

La première c’est sa mère qui va intervenir pour essayer de récupérer de l’argent aux motifs suivants : Shizuku est mineure et elle est handicapée. La seconde, et c’est la plus difficile à accepter semble-il pour Shizuku c’est la relation avec Shûto. On sent clairement que cette dernière est attirée par lui mais l’inverse est loin d’être réciproque. L’auteur aborde arc après arc des sujets difficiles. Ici nous plongeons dans les violences sexuelles mais pas seulement faites aux femmes. Même si l’auteur tente de ne pas nous orienter, il est difficile pour le lecteur de ne pas avoir de peine pour Shizuku. Cette dernière depuis son adolescence ne cesse de subir des violences physiques et mentales. Voir que son entrée dans le porno est pour elle est une sorte de libération et lui fait plaisir rend le tout assez choquant.

Encore une fois, la lecture est plaisante, bien plus que le sujet abordé c’est évident. Mais j’aime la façon dont l’auteur arrive à nous surprendre, à nous faire poser certaines questions et à mettre en avant les dérives et le manque de justice. J’ai hâte de découvrir la fin de cet arc et de voir comment chacun va pouvoir réagir. Une fois de plus je trouve ce manga vraiment impressionnant et intéressant, en bonus le dessin est hyperréaliste, ce qui donne une immersion encore plus grande à cette œuvre.

Quelques planches de ce tome 1 :

©︎2021 Shohei MANABE/SHOGAKUKAN

Kujô l’implacable – Auteur : Shohei Manabe – Éditeur : Kana

Chaque tome est disponible au prix de 7,55€ frais de port inclus. Ma note pour ce tome : 16/20.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Réseaux

Me contacter

contact.gohanblog[at]gmail.com

 

Nos partenaires

Coque Manga

Machine à sous manga

Cours de japonais en ligne

 

Charte éditoriale

Nos contenus peuvent contenir des liens à travers lesquels nous percevons une commission, et ils peuvent être créés en partenariat avec des marques. Cependant, il est important de noter que cela n’affecte en aucune manière l’objectivité de nos articles.